BFMTV

Autriche: Sébastian Kurz, vers un chef d'Etat encore plus jeune qu'Emmanuel Macron?

Ce dimanche, les Autrichiens sont appelés aux urnes pour choisir leur nouveau chancelier. Le favori est Sebastian Kurz, prêt à devenir le plus jeune chef d'Etat européen, à tout juste 31 ans.

Ministre depuis six ans, Sebastian Kurz est en lice pour devenir le nouveau chancelier autrichien. Principal signe distinctif? Malgré son expérience ministérielle, il est jeune. Très jeune, même, pour un pareil poste. A tout juste 31 ans, Sebastian Kurz, de neuf ans le cadet d'un Emmanuel Macron.

A l'issue des élections législatives, il est en mesure de devenir le plus jeune dirigeant européen. Depuis le mois de mai, le "Wunderwuzzi" (enfant prodige) a repris en main le parti conservateur (ÖVP) et maîtrise parfaitement sa communication. Il est aussi l'ancien patron de la puissante organisation de jeunesse de l'ÖVP et a su ranimer la flamme des conservateurs en alliant une image de modernité et un discours de fermeté à l'égard de l'immigration.

Une alliance avec l'extrême droite? 

Ses principaux riveaux sont le leader d'extrême droite Heinz-Christian Strache (FPÖ) et le chancelier social-démocrate Christian Kern, de 17 et 20 ans ses aînés. Mais une coalition avec le FPÖ est d'ailleurs considérée comme scénario le plus probable à l'issue du scrutin, leurs positions s'étant rapprochées au point que l'extrême droite a accusé le candidat conservateur de "plagier" son programme. A l'automne 2015, il fut l'un des premiers ténors européens à critiquer la politique d'accueil de la chancelière allemande Angela Merkel.

Nommé secrétaire d'Etat à 24 ans, avant même d'avoir achevé son cursus de droit, il est depuis 2013 le plus jeune ministre des Affaires étrangères d'Europe. Dans ses fonctions, il s'est forgé une stature d'homme d'Etat en côtoyant ses grands homologues internationaux, notamment lors des négociations sur le nucléaire iranien à Vienne en 2015.

Le précédent Haider

Une ambiance loin de ses faux-pas de débutant, comme lorsqu'il distribuait des préservatifs noirs (l'ancienne couleur de l'ÖVP) pour vanter le côté "excitant" du parti. D'ailleurs, il a changé la couleur du mouvement. Exit le noir, symbole traditionnel des conservateurs, remplacé par un turquoise pâle. La mention ÖVP elle-même a été escamotée, au profit de l'appellation "Liste Kurz".

L'avènement de celui qu'une presse partagée entre admiration et ironie qualifie de "Messie" ou de "Kaiser" n'est pas sans rappeler Jörg Haider, le flamboyant leader d'extrême droite mort dans un accident de voiture en 2008.

I.V., avec AFP