BFMTV

Voiture-bélier, policier poignardé, coups de feu: le récit de l'attaque à Londres

Les abords du Parlement de Westminster à Londres, le 23 mars, au lendemain de l'attaque.

Les abords du Parlement de Westminster à Londres, le 23 mars, au lendemain de l'attaque. - Justin Tallis - AFP

Trois personnes sont mortes et une quarantaine ont été blessées dans l'attaque perpétrée mercredi après-midi aux abords du Parlement de Westminster, en plein centre de Londres. Retour sur le déroulé de l'attaque la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis les attentats de juillet 2005.

La panique s'est emparée du centre de Londres en milieu d'après-midi. Mercredi, un homme a foncé dans la foule en voiture, fauchant plusieurs personnes, avant de poignarder à mort un policier, en plein cœur du quartier le plus touristique de la capitale britannique, et à proximité immédiate du Parlement. Le récit des faits. 

> 14h40, un véhicule fauche plusieurs piétons sur le pont de Westminster

Il est 14h40 mercredi lorsqu'un homme vêtu de noir fonce dans la foule sur près de 200 mètres au volant d'un 4X4 gris, sur le pont de Westminster, qui jouxte le Parlement britannique, où les députés étaient présents. L'assaillant fauche de nombreux piétons, dont trois policiers. "Il y avait des corps partout, il devait y en avoir 10,12, partout. C'était horrible", ont raconté deux témoins de la scène à la télévision britannique. 

Selon le commandant de l'antiterrorisme Mark Rowley, au moins deux personnes sont mortes sur le pont, et plus d'une dizaine ont été soignées sur place, à même le sol. Une femme a sauté dans la Tamise pour échapper au véhicule, et a été repêchée grièvement blessée. Trois Français, des lycéens originaires du Finistère, ont été blessés lors de cette attaque sur le pont.

Aussitôt, un vent de panique a gagné ce quartier très fréquenté par les touristes. Alors que le Parlement se barricadait et que la police se déployait en masse pour boucler le quartier, les passants affolés se sont précipités dans le métro le plus proche, pour quitter les lieux. 

"La police a crié 'Partez, Partez! Vous devez partir!'", rapporte Tawhid Tanim, un témoin de la scène. "J’ai entendu des tirs, très fort à quelques mètres. Je me suis dit que j’allais mourir", raconte-t-il encore.

> Un policier poignardé devant le Parlement

L'homme poursuit sa route au volant du 4X4 avant d'aller emboutir le véhicule contre des grilles du palais de Westminster, à la sortie du pont. Il se rue ensuite à pied vers une entrée du Parlement tout proche, avant de poignarder mortellement un policier, qui n'était pas armé. 

"Un homme est passé à côté de moi avec un grand couteau, et a commencé à l'enfoncer dans un policier. Je n'ai jamais rien vu de tel, je n'arrive pas à croire ce que je viens de voir", a raconté un témoin britannique de l'attaque, très ému.

La police parvient à neutraliser l'assaillant en tirant sur lui, alors qu'il essayait d'attaquer un deuxième agent. Des images ont montré le député conservateur Tobias Ellwood, qui a perdu son frère dans un attentat à Bali (Indonésie) en 2002, pratiquer en vain un massage cardiaque sur le policier poignardé, un père de famille de 48 ans.

"Nous étions en train de prendre des photos de Big Ben lorsque tout le monde s'est mis à courir, nous avons vu un homme d'une quarantaine d'années portant un couteau d'environ 20 centimètres. Ensuite on a entendu trois coups de feu. Nous avons traversé la rue et on a vu l'homme en sang par terre", a raconté une passante à l'agence britannique Press Association.

> Les députés confinés pendant plusieurs heures

Pendant l'attaque et les heures qui ont suivi, les députés ont été confinés à l'intérieur du Parlement et dans l'abbaye voisine de Westminster, avant de pouvoir sortir dans la soirée. "C'était la panique", a raconté la députée britannique travailliste Mary Creagh.

La Première ministre Theresa May, présente dans le bâtiment, a quitté en toute hâte le Parlement, où elle s'était exprimée devant les députés, à bord de sa voiture officielle, escortée par huit policiers. 

Adrienne Sigel, avec Julien Migaud-Muller