BFMTV

Un bébé porté pour la première fois successivement par ses deux mères au cours de la même grossesse

Un bébé dans son berceau (Photo d'illustration).

Un bébé dans son berceau (Photo d'illustration). - Photo d'illustration - Pixabay

La fécondation in vivo permet à l'ovule d'être incubé dans l'utérus de la mère et non pas de manière externe comme dans une fécondation in vitro.

Le petit Otis, né il y a deux mois au Royaume-Uni, est le premier bébé à avoir été porté par ses deux mères au cours de la même grossesse, rapporte le quotidien britannique The Telegraph. Cette fécondation in vivo a été proposée au couple de femmes par la London Women's Clinic, une clinique privée située à Londres.

Un ovule incubé dans le corps d'une des mères

Donna Francis-Smith, qui travaille dans l'armée depuis onze ans, a raconté au Telegraph comment cette prouesse a pu être réalisée. La clinique lui a prélevé un ovule qu'elle lui a ensuite replacé dans son utérus afin qu'il soit incubé. Après 18 heures, il a finalement été placé dans l'utérus de sa compagne Jasmine Francis-Smith. Pour l'infirmière de 28 ans, qui travaille dans un cabinet dentaire, la grossesse a fonctionné dès le premier essai.

Le quotidien britannique The Independant détaille avec plus de précisions cette technique de fécondation, appelée AneVivo, et qui a été mise au point par la société suisse Anecova. L'ovule, après avoir été prélevé, est placé dans une capsule miniature qui est insérée dans l'utérus. Ce procédé permet ainsi à l'oeuf d'être incubé dans le corps de sa mère plutôt que de manière externe, comme c'est le cas pour une fécondation in vitro.

"Cela nous a rapprochées sur un plan émotionnel"

L'enfant né grâce à cette nouvelle technique de procréation "se porte très bien", a indiqué Donna Francis-Smith au Telegraph. "C'est un très gentil garçon. Jasmine dit qu'il va être un astronaute. Mais il peut être qui il veut. Nous le soutiendrons toujours dans tout ce qu'il entreprend".

"Dans beaucoup de couples de même sexe il existe une personne qui est au centre de tout le processus. C'est elle qui tombe enceinte, qui donne naissance, alors que deux individus sont tous les deux investis d'une manière massive. Cela nous a vraiment rapprochées sur un plan émotionnel. Nous étions déjà un couple très proche, mais nous avons toutes les deux un lien spécial avec Otis grâce à la manière dont nous l'avons conçu", a raconté la jeune mère de 30 ans. 

Une approche "moins stressante pour la mère et le foetus"

Si Otis est le premier enfant a avoir été porté par ses deux mères, d'autres enfants sont nés grâce à la technique développée par la société suisse Anecova, comme le rapporte un article du Temps, datant du 15 décembre 2009. Ils ont cependant été incubés puis portés par leur unique mère, dans le cadre d'un couple hétérosexuel.

Le docteur Pascal Mock, à l'origine du procédé AneVivo, expliquait alors au quotidien suisse que "les embryons débutent ainsi leur vie en communication directe avec l'environnement maternel". "Cette approche est moins stressante pour la mère et le foetus", ajoutait-il.

Sur le site internet d'Anecova, il est indiqué que quatre cliniques mettent en place la fécondation in vivo. Deux sont situées en Espagne, à savoir les cliniques IVI Barcelone et IVI Bilbao, une au Royaume-Uni, la London Women's Clinic, et une en Pologne, la clinique Gyncentrum.

Clément Boutin