BFMTV

Sadiq Khan élu maire de Londres, "une belle leçon à l'Occident" juge la presse française

Le travailliste Sadiq Khan le 4 mai 2016, à la veille des élections municipales de Londres.

Le travailliste Sadiq Khan le 4 mai 2016, à la veille des élections municipales de Londres. - Justin Tallis – AFP

L'élection de Sadiq Khan comme maire de Londres, faisant de lui le premier maire musulman d'une grande capitale occidentale, est saluée par plusieurs éditorialistes de la presse française ce samedi.

La presse française salue de manière générale la victoire du travailliste Sadiq Khan à la tête de la mairie de Londres. "En l'emportant, il vient de donner une belle leçon à l'Occident sur l'intégration des migrants", affirme Jean-Michel Servant, du Midi Libre.

"On peut saluer l'ouverture d'esprit des électeurs londoniens" qui ont choisi: Sadiq Khan qui "incarne des valeurs de fraternité et de tolérance" et a "prouvé qu'il était un parfait sujet de sa gracieuse majesté", écrit-il.

"Il incarne l'exemplarité d'une intégration réussie", relève dans La Charente Libre, Dominique Garraud pour qui également et "sans ostentation, le vote des Londoniens" est "exemplaire pour le reste d'une Europe tentée par les solutions extrêmes contre l'immigration."

"En Angleterre en général, et à Londres en particulier, on s'est peu soucié de la religion de cet homme", se réjouit Jean-Marc Chevauché, du Courrier picard. "Sadiq Khan a été élu, figurez-vous, sur son programme", salue-t-il.

Patrice Chabanet, du Journal de la Haute-Marne, dresse le même constat: "l'élection s'est jouée d'abord sur des enjeux économiques, notamment sur la pénurie de logements sociaux".

"Un espoir d'émancipation"

L'éditorialiste du quotidien départemental souligne même qu'en Angleterre, "les immigrés et leurs descendants assument leur héritage culturel mais se sentent en même temps très anglais, ou très londoniens. En d'autres termes, le modèle anglais intègre par la différence."

"Khan est musulman. Ni honteux, ni proclamé, juste assumé, comme un état de fait", observe Denis Daumin. Et cette "victoire de Sadiq Khan, travailliste musulman, est l'expression de ce qu'est Londres désormais, un espoir d'émancipation", assure Bernard Stéphan, pour La Montagne.

"Privilégier les qualités humaines"

"C'est un événement", reconnaît Jean Levallois, de La Presse de la Manche. "Surtout pour nous, Français, puisque le vainqueur est un homme issu de l'immigration", assène-t-il avant d'espérer que: "cette élection londonienne" puisse "inciter à privilégier les qualités humaines des candidats, plus que leur bulletin de naissance, ou leur appartenance à une communauté ethnique ou religieuse."

Le député Sadiq Khan, membre de l'opposition travailliste, a été élu maire de Londres, selon le résultat définitif annoncé officiellement dans la nuit de vendredi à samedi, devenant le premier maire musulman d'une grande capitale occidentale. Fils d'un immigré pakistanais conducteur d'autobus, Sadiq Khan, 45 ans, a obtenu 1.310.143 voix contre 994.614 voix pour son principal rival, le conservateur Zac Goldsmith, fils du milliardaire Jimmy Goldsmith.

P. P. avec AFP