BFMTV

Allemagne: un homme se fait exploser près de l'entrée d'un festival

Souffrant de troubles psychiatriques, l'auteur est mort dans l'explosion, qui a également fait 12 blessés. Les autorités allemandes parlent d'un "attentat".

Un réfugié syrien de 27 ans souffrant de troubles psychiatriques a péri dimanche soir dans l'explosion qu'il a provoquée près d'un festival de musique dans le sud de l'Allemagne, à Ansbach. Le demandeur d'asile est mort dans l'explosion de sa bombe, qui a aussi blessé 12 personnes, dont trois grièvement. Les secours ont tenté en vain de le ranimer.

"Il s'agit malheureusement d'un nouvel attentat terrible, qui à coup sûr accroît l'inquiétude des gens", a déclaré à la presse le ministre de l'Intérieur du Land de Bavière, Joachim Herrmann, venu sur les lieux de l'explosion.

Selon le ministre de l'Intérieur bavarois, une vidéo a été retrouvée dans son téléphone portable. Il y prête allégeance à Daesh. Plus tôt, Joachim Hermann avait expliqué que les autorités cherchaient à vérifier s'il s'agissait d'un attentat islamiste. "On ne peut pas exclure que ce soit le cas", avait-il dit. Le fait qu'il ait voulu attenter à la vie d'autrui plaide en faveur de cette hypothèse, avait-il ajouté. Le directeur adjoint de la police d'Ansbach, Roman Fertinger, avait lui parlé d'"indices" selon lesquels des pièces de métal ont été ajoutées à l'explosif.

Un constat qui avait été nuancé ensuite par le ministre fédéral de l'Intérieur, Thomas de Maizière: "Le lien avec le terrorisme international ne peut être confirmé ni infirmé. Toutes les mesures de sécurité ont été prises et les banques de données consultées. Aucune information particulière n'est apparue", avait-il affirmé. 

Déjà plusieurs tentatives de suicide

L'auteur de l'attentat, dont la demande d'asile avait été rejetée il y a un an et qui devait être expulsé vers la Bulgarie, avait l'intention d'"empêcher" la tenue du festival de musique pop en plein air auquel participaient plus de 2.500 personnes dans la ville, selon le ministre.

Il a essayé d'entrer sur les lieux mais a dû faire demi-tour dans la soirée faute de ticket d'entrée. La bombe a détonné peu après vers 22h (20h GMT) devant un restaurant du centre-ville, à proximité immédiate du festival.

Le Syrien, qui résidait à Ansbach, avait tenté par deux fois dans le passé de mettre fin à ses jours et séjourné dans une clinique psychiatrique, selon le ministre, qui a précisé ne pas savoir si l'homme était aussi animé d'intentions suicidaires. L'enquête est toujours en cours.

Y.D. avec AFP