BFMTV

Agressions à Cologne: la maire raillée après ses conseils donnés aux femmes

Des renforts policiers ont été mobilisés à Cologne.

Des renforts policiers ont été mobilisés à Cologne. - Roberto Pfeil - AFP

Au lendemain de la révélation de la centaine de plaintes pour agressions sexuelles qui ont déposé, Henriette Reker, la maire de Cologne a notamment conseillé aux femmes de garder une distance "plus longue qu'un bras" avec des inconnus.

L'émotion est toujours présente en Allemagne et particulièrement à Cologne. Environ 90 plaintes pour agressions sexuelles, dont une pour viol, ont été déposées auprès du commissariat de la ville. Des faits commis par des groupes d'hommes , selon les premiers témoignages, et qui sont survenus le soir de la Saint-Sylvestre. Pour éviter que des incidents de ce type se produisent à nouveau, la maire de la ville, Henriette Reker, a délivré quelques conseils.

Dans un message posté sur Twitter, l'élue, poignardée pour son soutien aux migrants juste avant son intronisation à la tête de la ville, annonce que des renforts policiers ont été mis en place et appelle les femmes à la prudence. Elle leur recommande notamment de garder "une certaine distance, plus longue que le bras" avec les inconnus et d'éviter de leur parler, et ce quelque soit leur origine. Une manière d'éviter la stigmatisation des réfugiés, accusés par certain d'être les responsables de ces agressions.

Inspecteur Gadget ou déesses hindoues

Pourtant, Henriette Reker a lancé ce mardi une nouvelle polémique. De nombreux internautes se sont insurgés des recommandations faites aux femmes. Le hashtag #ArmlaengeAbstand, signifiant "distance de plus d'un bras", est devenu le 5e mot-clé le plus partagé. Certains ont exprimé leur opinion avec ironie. "Je ne me suis jamais sentie autant en sécurité depuis que je me balade les bras écartés en respectant une distance d'un bras avec les inconnus", tweete une internaute.

"Qu'est-ce qui se passe quand le bras de l'agresseur est plus long que celui de la victime", ironise cet autre internaute. 

L'humour est aussi fortement présent sur les réseaux sociaux après la publication des conseils de la maire de Cologne. Les principales références pour se moquer sont l'Inspecteur Gadget avec son bras télescopique ou une déesse hindoues aux multiples bras. 

"Honte à vous"

Plus sérieusement, Henriette Reker s'est attiré les foudres de l'opinion qui l'accuse de transformer les victimes en coupables en leur obligeant à se comporter de telle ou telle manière. "Nous les femmes devons changer notre comportement et pas les agresseurs?", s'insurge une internaute avant de déclarer "Honte à vous".

Un point de vue également exprimé par la ministre de la Famille, des Femmes et de la Jeunesse, Manuela Schwesing, qui sur Twitter, a affirmé: "Nous n'avons pas besoin de règles de comportement pour les femmes, ce sont les auteurs des faits qui doivent rendre des comptes". Le ministre de la Justice Heiko Maas y est lui aussi allé de son commentaire sur le réseau social: "Ce ne sont pas les femmes qui portent la responsabilité" de ces agressions, a-t-il jugé.

Henriette Reker s'est défendue mercredi, déplorant selon des propos rapportés par l'agence DPA que "les compte-rendus raccourcis dans la presse (de ses propos) aient pu donner l'impression que (ses) mesures de prévention se limitent à des recommandations aux femmes et aux jeunes filles quant à leur comportement".

Justine Chevalier avec AFP