BFMTV

A Amsterdam, un nouveau langage pour mieux inclure les transgenres

La Pride Walk parcourt les rues d'Amsterdam, le 29 juillet 2017.

La Pride Walk parcourt les rues d'Amsterdam, le 29 juillet 2017. - Sander Koning - ANP - AFP

Pour mieux inclure ses citoyens transgenres et moins insister sur le genre dans les papiers officiels, la municipalité d'Amsterdam recommande à ses employés un langage plus neutre.

La ville d’Amsterdam a adressé fin juillet un guide linguistique à l’usage de ses employés. Dans ces pages, qui ne recensent pas des obligations mais bien des recommandations, la municipalité incite à ne plus commencer les discours par "Mesdames et messieurs", ou les lettres par "Madame, monsieur", dans un effort pour mieux inclure les personnes transgenres dans la société.

Il sera préféré des termes comme "Chers concitoyens", "chers résidents", "chers invités/personnes présentes", pour "écrire et parler d’une manière respectueuse des identités sexuelles et de genre", précise un porte-parole de la ville au journal Het Parool.

"Nous voulons qu’Amsterdam devienne une ville où tout le monde se sente encore plus chez soi", expliquent aussi les officiels

Les mentions "femme" et "homme" dans les documents officiels comporteront désormais la précision "à la naissance", ajoute par ailleurs Le M, qui précise qu’environ 50.000 transgenres vivraient aujourd’hui aux Pays-Bas. Afin de mieux décrire les orientations sexuelles différentes de l’hétérosexualité, Amsterdam préfère désormais parler de "personnes roses".

"Il n'y a pas de perdants"

Pour Jan Willem Duyvendak, professeur de sociologie à l’université d’Amsterdam, c’est une initiative "très sérieuse". "La manière dont le gouvernement s’adresse à nous insiste énormément sur l’identité de genre. C’est très important quand il exprime sa volonté de moins le faire", explique-t-il au NRC Handelsblad. "Il n’y a pas de perdants", ajoute-t-il. "Qui pourrait être offensé quand vous dites 'chers participants'?"

Diederik Boomsma, chef des représentants du parti Appel chrétien-démocrate au conseil municipal de la ville, semble pourtant offensé par ces recommandations:

"Ce n’est pas souhaitable, ce n’est qu’une très petite minorité et ils doivent s’adapter à la norme", réagit-il dans le NRC Handelsblad.

Il y a quelques semaines, le métro londonien a, dans la même lancée que la municipalité d’Amsterdam, abandonné sa traditionnelle formule "Ladies and gentlemen" pour s’adresser à ses voyageurs, préférant un "Bonjour tout le monde" plus neutre.

Premier pays au monde à reconnaître le mariage homosexuel, les Pays-Bas font souvent figure de pionniers en matière de législation protégeant les LGBT. L’année dernière, suivant l’exemple d’Utrecht, la mairie d’Amsterdam a ainsi rendu ses toilettes "neutres", une revendication importante pour les personnes transgenres.

Liv Audigane