BFMTV

Etats-Unis: une Républicaine proche de QAnon fait son entrée au Congrès

Marjorie Taylor Greene.

Marjorie Taylor Greene. - DUSTIN CHAMBERS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Marjorie Taylor Greene, vainqueur en Géorgie ce mercredi, fera bien son entrée à la Chambre des Représentants des Etats-Unis. Inscrite au Parti républicain, elle est surtout connue pour être adepte des thèses conspirationnistes de QAnon.

Si les Américains étaient appelés ce mardi à départager Donald Trump et Joe Biden dans leur course à la Maison Blanche, ils devaient aussi renouveler leur Congrès.

Le Congrès est ce parlement qui regroupe le Sénat et la Chambre des Représentants. C'est dans cette dernière instance que la Républicaine Marjorie Taylor Greene a obtenu mardi soir le droit de sièger. Et cette femme d'affaires entrée en politique est connue pour avoir propagé les thèses conspirationnistes de QAnon, avant de prendre ses distances avec elles durant la campagne.

Adepte de QAnon

C'est le 14e district de la Géorgie qui en a fait sa représentante. Il s'agit là d'un succès aux airs de triomphe annoncé depuis qu'elle a remporté la primaire républicaine locale en août, et que son rival démocrate Kevin Van Ausdal a abandonné courant septembre après seulement 31 jours de campagne.

Sur les sujets du port d'arme, ou encore de l'avortement, Marjorie Taylor Greene s'aligne sur l'aile droite du Parti républicain. Elle se démarque en revanche dès 2017, lorsque dans une vidéo YouTube, elle affirme que "Q" est "un patriote" qu'il "faut écouter". Or, "Q" est le personnage central d'une théorie complotiste, QAnon, née sur les forums internet comme 4chan, et alimentée par ces derniers.

A partir de 2017 en effet, un mystérieux internaute au pseudonyme de "Q" a commencé à affirmer que les Etats-Unis étaient dirigés en sous-main par une administration qui se serait émancipée de la volonté du peuple et surtout par des élites politico-médiatico-financières aux pratiques sataniques et pédophiles.

Prise de distances

Marjorie Taylor Greene a relayé à plusieurs reprises cette théorie au cours des dernières années, selon CNN. La chaîne souligne qu'elle avait ainsi assuré que le rassemblement mêlant néo-nazis et suprémacistes blancs à Charlottesville en 2017, lors duquel l'un d'entre eux avait tué une contre-manifestante antiraciste, était "une manipulation" élaborée afin d'"accélérer l'agenda des élites". "Une invasion islamique est en cours au sein de notre administration", avait-elle encore avancé.

En août 2020, elle a toutefois voulu prendre quelques distances avec QAnon. "QAnon n'a rien à voir avec ma campagne", avait-elle dit, affirmant s'en être "détournée" après y avoir vu de la "désinformation".

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV