BFMTV

États-Unis: Trump dit qu'il ne "participera pas" à un débat virtuel avec Biden

Le président américain Donald Trump à Washington, le 1er octobre 2020

Le président américain Donald Trump à Washington, le 1er octobre 2020 - SAUL LOEB © 2019 AFP

"Ce n'est pas acceptable", a estimé le président des États-Unis quelques minutes seulement après l'annonce.

Donald Trump a annoncé jeudi qu'il ne souhaitait pas participer à un débat sous forme virtuelle avec son adversaire démocrate Joe Biden, répondant à de nouvelles règles édictées par la commission indépendante chargée d'organiser les débats présidentiels.

"Je ne participerai pas à un débat virtuel", a déclaré le président américain sur la chaîne Fox Business. "Ce n'est pas acceptable", a-t-il ajouté. "Je ne vais pas perdre mon temps."

La commission organisatrice a annoncé jeudi que le prochain débat se tiendrait comme prévu le 15 octobre, mais que les candidats devraient se trouver dans des lieux séparés après la contamination de Donald Trump par le coronavirus.

"Je ne pense pas être contagieux du tout", a clamé le président américain qui a dû être hospitalisé pendant trois jours après la révélation de sa contamination en fin de semaine dernière. Il est rentré lundi à la Maison Blanche, où il est toujours sous étroite surveillance médicale.

Un meeting en remplacement?

Les nouvelles règles du débat présidentiel, qui comprendra un panel d'Américains sélectionnés pour interroger les candidats, ont été décidées afin "de préserver la santé et de garantir la sécurité de tous les participants", a souligné dans un communiqué la commission d'organisation des débats présidentiels.

Trois débats entre Joe Biden et Donald Trump sont en principe prévus avant l'élection du 3 novembre. Le premier a déjà eu lieu le 29 septembre. Les deux autres sont programmés les 15 et 22 octobre.

L'équipe de campagne de Donald Trump a suggéré jeudi que le président républicain pourrait tenir un meeting plutôt que débattre avec son adversaire démocrate.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier avec AFP Journaliste BFMTV