BFMTV

États-Unis: Donald Trump réfléchit à officialiser sa candidature depuis la Maison Blanche

Le président américain a dû renoncer à la convention républicaine prévue pour fin août et qui était censée officialiser son investiture par le parti républicain.

Le président américain a dû renoncer à la convention républicaine prévue pour fin août et qui était censée officialiser son investiture par le parti républicain. - Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Donald Trump estime que prononcer son discours d'investiture est "plus facile pour la sécurité" alors que la campagne électorale américaine se retrouve chamboulée par l'épidémie de coronavirus.

Donald Trump a déclaré mercredi qu'il envisageait de prononcer son discours d'acceptation de la nomination républicaine pour la présidentielle du 3 novembre depuis la Maison Blanche, rompant avec une longue tradition.

"Nous y pensons, ce serait le plus facile pour la sécurité", a-t-il déclaré sur la chaîne Fox News.

Le rassemblement prévu en Caroline du Nord annulé

Donald Trump devait initialement endosser formellement le rôle de candidat du parti républicain lors d'un grand rassemblement militant à Charlotte, en Caroline du Nord, le 27 août. Pandémie oblige, il a dû renoncer à cette grand-messe, coup d'envoi officiel de la campagne électorale, et à une tentative de déplacer la convention républicaine en Floride.

Aux Etats-Unis, les présidents qui briguent un second mandat doivent distinguer leurs activités officielles, financées sur les deniers de l'Etat, de leurs activités de candidat. Prononcer le discours d'investiture depuis la Maison Blanche risque de brouiller cette ligne.

La convention démocrate presque entièrement virtuelle

Mais le milliardaire républicain, qui utilise déjà régulièrement la tribune présidentielle pour attaquer son rival démocrate Joe Biden, a mis en avant les avantages logistiques de cette option.

"C'est une très grosse opération, nous pensons l'organiser depuis la Maison Blanche parce qu'il n'y a pas de mouvement, ce sera simple", a-t-il argumenté. "Et c'est un cadre superbe." "C'est aussi, de loin, l'option la moins chère", a-t-il encore dit, tout en insistant sur le fait que la décision n'était pas encore prise. "Si pour une quelconque raison, quelqu'un a un problème avec ça, je pourrais aller ailleurs."

Le nouveau coronavirus, qui a fait plus de 156.000 morts aux Etats-Unis, a totalement bouleversé la campagne électorale, rendant tout meeting électoral impossible. Les démocrates se préparent à une convention quasi entièrement virtuelle du 17 au 20 août à Milwaukee dans le Wisconsin.

H.G. avec AFP