BFMTV

Etats-Unis: des mannequins pour occuper les tables vides d’un restaurant 3 étoiles et apporter de la gaité

Le restaurant The Inn, à Little Washington.

Le restaurant The Inn, à Little Washington. - The Inn

Pour combler le vide imposé par la distanciation sociale entre les clients, le propriétaire d’un restaurant prévoit de placer des mannequins autour de ses tables inoccupées. La réouverture est prévue pour le 29 mai.

Les restaurateurs américains se préparent au retour de leurs clients. Mais avec un virus toujours en circulation, les conditions de réouverture demeurent strictes. Pour respecter les mesures de distanciation sociale, les salles ne peuvent être remplies qu’à 50%. Certains veulent à tout prix éviter la vision d’un restaurant à moitié vide et ne manquent pas d’idée pour tromper la réalité. 

A Little Washington - à 1h30 de Washingtion DC - Patrick O’Connel, le propriétaire d’un restaurant classé 3 étoiles au guide Michelin, a décidé que les chaises vides seraient occupées par… des mannequins. 

"J’ai toujours adoré les mannequins, ils ne se plaignent jamais de rien et c’est très amusant de les habiller comme on veut", se réjouit le Patrick O’Connel auprès de CNN.

Respecter la distanciation sociale

Les poupées à taille humaine seront disposées deux par deux, comme des couples, autour des tables inoccupées, pour tenir compagnie aux clients de chair et d’os. Pour les mannequins, le style vestimentaire sera "années 1940", costumes pour les hommes, robes de soirée pour les femmes, fournis par un théâtre de la région. 

"Quand nous avons appris le projet du restaurant, nous nous sommes dit que c’était un très bon moyen de maintenir les distances de sécurité entre les clients. Nous avons donc sauté sur l’occasion pour collaborer avec eux et participer à leur réouverture", s’exclame auprès du média américain la directrice du théâtre Signature, Maggie Boland.

Le propriétaire du restaurant The Inn se réjouit de pouvoir rouvrir ses portes le 29 mai et de recréer un peu de lien social entre les Américains qui subissent de plein fouet la pandémie de Covid-19, avec plus de 84.000 morts dans le pays.

"Nous avons hâte de rassembler et voir du monde. Mais ils n’ont pas tous besoin d’être de vrais humains", s’amuse Patrick O'Connell.
Ambre Lepoivre