BFMTV

Espagne: violentes inondations dans la région de Madrid, 152 interventions de pompiers

La mairie de Madrid

La mairie de Madrid - GABRIEL BOUYS / AFP

Quatre autoroutes autour de la capitale espagnole et cinq lignes de métro ont été coupées lundi soir, à cause des importantes inondations qui ont touché Madrid. Deux hôpitaux ont également été inondés dans la région madrilène.

Routes et métro étaient encore perturbés mardi matin à Madrid et ses environs après de fortes inondations qui ont transformé lundi soir des rues en torrents et entraîné 150 interventions des pompiers, selon les autorités.

Dans la ville la plus touchée, Arganda del Rey, les images des médias locaux montrent des rues transformées en impressionnants torrents de boue charriant des voitures et du mobilier urbain, ainsi que des talus formés par l'accumulation de grêlons.

"Aucun blessé"

"Il n'y a eu aucun blessé et les interventions ont été relativement mineures pour une tempête de cette ampleur: retirer des branches de la voie publique, des inondations dans des garages, sous-sols ou locaux commerciaux", a indiqué un porte-parole des services d'urgence de la région de Madrid.

Les pompiers de la région sont intervenus 152 fois lundi, principalement dans des localités au sud et à l'est de la capitale. Quatre autoroutes entourant la capitale espagnole ont été coupées lundi soir, ainsi que cinq lignes de métro dont certaines stations ont été totalement inondées.

Deux hôpitaux inondés

Mardi matin, le trafic sur certaines autoroutes était encore perturbé avec des files coupées tandis qu'une ligne du métro était toujours interrompu au niveau d'Arganda del Rey. L'hôpital de cette ville du sud-est de Madrid a également été inondé, ce qui a touché bloc opératoire et salle d'accouchement, tout comme le grand hôpital de la Paz à Madrid, a précisé le porte-parole des services d'urgence.

Un seul accident de voiture ayant fait un blessé grave et un blessé léger a été recensé lundi, mais il semble ne pas avoir de "relation directe" avec les intempéries, selon le porte-parole.

Alexandra Jaegy avec AFP