BFMTV

Donald Trump se trompe d'ayatollah en annonçant les sanctions contre l'Iran

Donald Trump présente le décret signé pour appliquer des sanctions à l'Iran.

Donald Trump présente le décret signé pour appliquer des sanctions à l'Iran. - Mandel Ngan - AFP

Les relations se dégradent entre les Etats-Unis et l'Iran. Lundi, Donald Trump a signé un décret imposant de nouvelles sanctions à la république islamique mais en les présentant, il a confondu l'actuel guide suprême Ali Khamenei avec l'ayatollah Khomeini, mort en 1989.

C'est une erreur qui ne devrait pas arranger les relations entre l'Iran et les Etats-Unis. Lundi, Donald Trump a signé un décret empêchant "le guide suprême, son équipe et d'autres qui lui sont étroitement liés d'avoir accès à des ressources financières essentielles". Sauf qu'à l'annonce de ces sanctions, le président des Etats-Unis a visé le mauvais ayatollah...

Installé dans le Bureau ovale de la Maison-Blanche, Donald Trump a prononcé un bref laïus pour présenter les pénalités imposées par ce décret à l'Iran. "Les actifs de l’ayatollah Khomeini et de son équipe ne seront pas épargnés par les sanctions", a-t-il déclaré.

"Cette Maison-Blanche souffre de troubles mentaux"

Le problème? L'ayatollah Rouhollah Moussav Khomeini, guide suprême de l'Iran et fondateur de la république islamique, est mort depuis 1989. Donald Trump a visiblement confondu son nom avec celui du guide suprême qui lui a succédé, Ali Khamenei.

"Cette Maison-Blanche souffre de troubles mentaux", a réagi le président iranien, Hassan Rohani, après la signature du décret. "Sanctions pour quoi faire? Pour geler les actifs du guide? Mais nos dirigeants ne sont pas comme ceux d'autres pays qui ont des milliards sur des comptes à l'étranger pour que vous puissiez vouloir imposer des sanctions dessus, les saisir ou les bloquer".

Depuis son arrivée au pouvoir, Donald Trump a adopté une attitude farouchement hostile à l'Iran, l'accusant de chercher à obtenir l'arme atomique - ce que Téhéran a toujours démenti - et de "parrainer le terrorisme". Depuis la semaine dernière, les relations entre les deux pays ne cessent de s'envenimer après la destruction d'un drone américain par l'Iran.
Ambre Lepoivre