BFMTV

Donald Trump affirme que le problème de la Corée du nord "sera traité"

James Comey, désormais ex-directeur du FBI

James Comey, désormais ex-directeur du FBI - JIM WATSON / AFP

Le président américain a adopté un ton martial au sujet de la Corée du nord alors qu'un nouveau test de missile par Pyongyang est annoncé.

Le président américain Donald Trump a de nouveau prévenu ce jeudi que les Etats-Unis allaient s'occuper du "problème" nord-coréen, au moment où des informations faisaient état de l'imminence d'un nouveau test de missile par Pyongyang. "La Corée du Nord est un problème" qui "sera traité", a affirmé Donald Trump, après qu'une activité sur le site de test nucléaire nord-coréen a été rapportée et à deux jours du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, premier dirigeant du pays. 

Trump pense que la Chine a les moyens de réfréner la Corée du nord

Le président républicain a répété à de nombreuses reprises qu'il utiliserait toutes les options pour empêcher Pyongyang de se doter de missiles nucléaires lui permettant d'atteindre les Etats-Unis, au risque d'une escalade militaire. Donald Trump avait annoncé samedi l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson, escorté par trois navires lance-missiles, puis quelques jours plus tard avait évoqué une "armada" comprenant des sous-marins. Un tel porte-avions transporte en général 70 à 80 avions ou hélicoptères, dont une cinquantaine d'avions de combat.

Peu avant sa nouvelle mise en garde jeudi à la Corée du Nord, le milliardaire américain avait fait preuve, dans une série de tweets matinaux, d'optimisme sur le dossier nord-coréen. "J'ai une grande confiance dans le fait que la Chine va très bien s'occuper de la Corée du Nord", a-t-il écrit. "S'ils ne peuvent pas, les Etats-Unis avec leurs alliés s'en chargeront!" Les Etats-Unis considèrent que la Chine, alliée de la Corée du Nord, a les moyens de convaincre son voisin d'abandonner son programme nucléaire.

R.V. avec AFP