BFMTV

Coronavirus: mutineries dans quatre prisons en Italie, un mort

La décision des autorités de suspendre les visites familiales en prison en raison de la propagation du coronavirus en Italie a soulevé la colère des détenus de quatre centres pénitentiaires. A Modène, l'émeute a été particulièrement violente.

Des mutineries, qui ont fait au moins un mort, ont éclaté dimanche dans quatre prisons italiennes, après la suspension des visites familiales dans le cadre des mesures prises pour enrayer l'épidémie de coronavirus, ont annoncé un syndicat de personnel pénitentiaire et une ONG.

"A la suite des modifications introduites par le gouvernement sur les visites en prison entre détenues et leurs familles, à cause du coronavirus, des protestations de détenus sont en cours dans les établissement pénitentiaires de Naples Poggioreale, Modène, Frosinone et Alexandrie", précise l'organisation syndicale autonome de la police pénitentiaire (Osapp).

Mort à Modène

A Modène, la révolte, particulièrement violente, a fait au moins un mort parmi les détenus, selon l'association italienne de visiteurs de prisons, Antigone, sans préciser les circonstances de cette mort. "Nous avons déjà averti de l'augmentation des tensions dans les prisons, et sur le fait que cela pourrait se terminer en tragédie", a indiqué l'association dans un communiqué faisant état de ces révoltes de détenus.

Dans cette prison, deux agents de sécurité ont été blessés et une vingtaine de membres du personnel ont dû quitter les lieux, selon l'agence de presse Ansa. Des détenus sont parvenus à se barricader et à s'emparer d'armes, d'après Giovanni Bapttista Durante, secrétaire général d'un autre syndicat de surveillants, le Sappe. Selon ses collègues du centre de détention de Modène, avec qui il a pu s'entretenir, la prison est "complètement détruite".

Dans la prison de Frosinone, dans le sud de Rome, une centaine de détenus se sont barricadés dans une section de l'établissement, et la police est intervenue pour rétablir l'ordre. Les prisonniers ont dressé une liste de revendications, dont la possibilité de visites de leurs proches, et tentent de négocier avec la direction, a rapporté l'agence de presse Agi. A la prison Torre del Gallo à Pavie, dans le nord, les détenus sont parvenus à prendre deux agents de la police pénitentiaire en otage, et à libérer des dizaines d'autres détenus, selon les médias italiens.

Aux alentours de la prison de Poggioreale, en banlieue de Naples, les familles sont également venues soutenir dans la rue la fronde des détenus. Ces mutineries sont intervenues après l'annonce de mesures drastiques prises dans toute l'Italie, et particulièrement dans le nord de la péninsule, destinées à enrayer la progression du coronavirus. Parmi ces mesures, c'est la suspension des visites des familles dans les prisons qui a déclenché la colère, selon les médias italiens.

R.V. avec AFP