BFMTV

Coronavirus: le bilan en Chine bondit à 80 morts, 2744 cas confirmés dans le pays

Aucun nouveau décès n'a été confirmé en dehors de la province de Hubei, épicentre de la contagion.

Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale en Chine est monté à 80 morts, après 24 nouveaux décès enregistrés dans la province de Hubei (centre), épicentre de la contagion, ont indiqué ce lundi les autorités locales. Aucun nouveau décès n'a été confirmé en dehors de cette région, selon le gouvernement central.

La propagation de l'épidémie se poursuit cependant: 2744 cas ont été confirmés dans l'ensemble du pays. "La capacité de propagation du virus s'est renforcée", ont déclaré la veille de hauts responsables sanitaires chinois, même s'il ne s'avère pas "aussi puissant que le Sras", un précédent coronavirus qui avait fait des centaines de morts au début des années 2000.

Les congés du Nouvel An chinois étendus

Wuhan et sa région sont placées de facto en quarantaine depuis jeudi afin de prévenir une nouvelle propagation de la maladie. Au total, 56 millions de personnes sont coupées du monde. La période de congés à l'occasion du Nouvel An chinois, qui devait durer jusqu'au 30 janvier, a été prolongée - sans précision de date - afin de "limiter les mouvements de population", ont indiqué les médias d'Etat.

Le directeur de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé ce dimanche qu'il se rendait en Chine pour discuter avec les autorités des moyens de contenir l'épidémie de coronavirus.

L'épidémie touche désormais l'Europe

Après avoir d'abord touché la Thaïlande, où le premier malade en dehors de la Chine a été identifié, le 8 janvier, l'épidémie s'est propagée dans le reste de l'Asie et a ensuite atteint les États-Unis, l'Europe et l'Australie.

Les trois premiers cas confirmés en Europe se trouvent en France, l'un à Bordeaux et deux à Paris. Agnès Buzyn a précisé qu'aucun nouveau cas n'avait été confirmé mais que six cas suspects attendaient toujours les résultats de tests. Le gouvernement a par ailleurs annoncé ce dimanche le rapatriement prochain des Français qui le souhaitent de la zone d'épidémie du coronavirus en Chine. 

M.D. avec AFP