BFMTV

Coronavirus: de ses "symptômes légers" aux soins intensifs, l'inquiétude autour de Boris Johnson

Dépisté il y a 10 jours, le Premier ministre britannique a été hospitalisé ce dimanche. Son état s'est détérioré ce lundi.

Contaminé par le coronavirus, le Premier ministre britannique Boris Johnson a été transféré ce lundi en soins intensifs, son état de santé s'étant détérioré au lendemain de son hospitalisation.

  • Dépisté le 27 mars

Le Premier ministre britannique, âgé de 55 ans, avait été testé positif au coronavirus le 27 mars dernier. Il est à ce jour le seul chef d'Etat ou de gouvernement d'une grande puissance à avoir contracté le virus.

Affirmant n'avoir que des "symptômes légers", Boris Johnson continuait à diriger le gouvernement depuis son appartement de Downing Street. Il postait régulièrement des messages vidéos sur Twitter appelant ses compatriotes à rester chez eux.

"Je me suis placé à l'isolement mais je vais continuer à diriger la réponse du gouvernement en visioconférence pendant que nous combattons ce virus", avait-t-il écrit sur Twitter en annonçant être malade du coronavirus.

Il avait par ailleurs annoncé ce vendredi qu'il prolongeait sa quarantaine au delà des sept jours recommandés par les autorités sanitaires britanniques. 

"Si je me sens mieux (...) j'ai toujours l'un des symptômes, j'ai toujours de la température. Je dois continuer ma quarantaine", avait-il déclaré dans une courte vidéo sur Twitter, où il apparaissait un peu hagard.
  • Une hospitalisation pour "surveillance"

Le Premier ministre a été hospitalisé dimanche soir, 10 jours après son dépistage, pour subir des examens, selon ses services, en raison de la persistance de symptômes de la maladie, notamment la fièvre.

Le quotidien The Guardian affirmait ce lundi que "Johnson était plus gravement malade que lui ou ses fonctionnaires n'étaient prêts à l'admettre, et a été vu par des médecins inquiets de sa respiration".

  • Placé en soins intensifs

Boris Johnson a finalement été transféré lundi en soins intensifs ce lundi soir, son état de santé s'étant aggravé. 

"Au cours de l'après-midi, l'état de santé du Premier ministre s'est détérioré et, sur le conseil de son équipe médicale, il a été transféré au service des soins intensifs de l'hôpital", a indiqué le porte-parole dans la soirée. 

Selon une source gouvernementale, Boris Johnson reste "conscient" et son transfert, intervenu vers 19h, a été décidé "par précaution au cas où il aurait besoin d'un respirateur". 

  • La gestion britannique du coronavirus critiquée

Boris Johnson a longuement été critiqué pour avoir tardé à prendre la mesure de la situation. Le 3 mars dernier, il avait ainsi déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’arrêter de serrer des mains. 

"Je serre des mains. J’étais à l’hôpital l’autre soir où je crois qu’il y avait des patients atteints du coronavirus, et j’ai serré la main de tout le monde, ça vous fera plaisir de le savoir. Et je continue à serrer des mains", avait-il expliqué face à la presse.

Alors que le nombre de cas ne cessait d'augmenter, le gouvernement a bâti en catastrophe des hôpitaux de campagne pour soulager un système de santé débordé, promis de décupler les tests qui manquent cruellement et débloqué des sommes gigantesques pour répondre au marasme économique et social.

Plus de 50.000 personnes ont été testées positives au Covid-19 au Royaume-Uni, devenu l'un des pays d'Europe les plus violemment touchés, et 5373 en sont mortes.

Cyrielle Cabot avec AFP