BFMTV

CARTE. L'Amazonie n'est pas la seule région à faire face aux incendies, l'Afrique subsaharienne brûle aussi

Une forêt touchée par un incendie près de Novo Progresso (Brésil) le 25 août 2019.

Une forêt touchée par un incendie près de Novo Progresso (Brésil) le 25 août 2019. - Joao Laet / AFP

Afrique subsaharienne, Océanie, Europe de l'Est: de nombreuses régions autres que l'Amazonie sont actuellement concernées par des feux de grande ampleur.

Depuis quelques jours, la communauté internationale s'inquiète des incendies qui ravagent actuellement l'Amazonie. Dimanche, Emmanuel Macron a ainsi assuré que les pays du G7, actuellement réunis à Biarritz, se sont mis d'accord pour "aider le plus vite possible les pays frappés" par les feux ces derniers jours. Le sujet sera d'ailleurs évoqué ce lundi après-midi au sommet, à l'occasion d'une session consacrée à l'environnement.

Mais si l'impact environnemental des incendies au Brésil est loin d'être négligeable, il convient de rappeler que d'autres feux sévissent actuellement dans le monde, avec là aussi de graves conséquences pour la planète. Grâce aux données satellites de la Nasa, nous avons recensé en rouge sur la carte ci-dessous les incendies actifs dans le monde ces dernières 24 heures.

Comme on peut le voir sur notre carte ci-dessus, certains pays, comme le Brésil, sont plus concernés que d'autres. La Russie est elle aussi touchée par de nombreux feux mais plus dispersés sur l'ensemble de son territoire. Début août, la situation, critique en Sibérie, avait été fortement médiatisée.

Des feux réguliers en Afrique subsaharienne

Mais la zone la plus touchée actuellement est l'Afrique subsaharienne, comme l'explique la RTBF. Selon une étude relayée par l'Agence spatiale européenne, (ESA), la région concentrerait à elle seule 70% des terres brûlées sur l'ensemble de la planète. Dès le mois de juin, la Nasa recensait ainsi des "milliers de feux" actifs en Angola, au Congo, en Tanzanie...

Un phénomène malheureusement "courant à cette période de l'année", explique l'agence spatiale américaine, en raison de la pratique des "cultures sur brûlis", destinée à faciliter la fertilisation des terres... Si les feux sont généralement maîtrisés par les agriculteurs, il arrive souvent que certains "deviennent incontrôlables lorsque les vents ou les tempêtes déplacent le feu hors de la zone à défricher". 

Des incendies dévastateurs pour l'environnement

Au delà du danger pour les populations, cette technique agricole dégrade durablement les sols et crée d'énormes nuages de fumées, nocifs pour la qualité de l'air.

Selon une note rédigée par l'ESA en février 2019, les feux sont à eux seuls responsables de 25 à 35% des émissions annuelles totales de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Louis Tanca