BFMTV

Brexit: Boris Johnson n'est "pas d'accord" avec l'arrêt de la Cour suprême mais le "respectera"

Boris Johnson lors du Congrès du Parti conservateur, le 2 octobre

Boris Johnson lors du Congrès du Parti conservateur, le 2 octobre - Paul ELLIS / AFP

Alors que les négociations pour le Brexit entre le Royaume-Uni et la Commission Européenne n'avancent pas, la demande de Boris Johnson de suspendre le parlement Britannique a été déclarée illégale par la Cour suprême. Le Premier ministre a annoncé qu'il respectera cette décision.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé ce mardi n'être "pas du tout d'accord" avec la décision de la Cour suprême de décréter "illégale" la suspension controversée du Parlement, mais il a assuré qu'il la respecterait.

"Je dois dire que je ne suis pas du tout d'accord avec ce que les juges ont établi. Je ne pense pas que ce soit juste mais nous irons de l'avant et bien sûr le le Parlement va revenir", a déclaré Boris Johnson aux médias britanniques à New York, où il assiste à l'assemblée générale de l'ONU.

Sitôt connue la décision de la Cour, le président de la Chambre basse du Parlement, John Bercow, a annoncé que les députés reprendraient leurs travaux mercredi à 11h30. La Chambre des Lords se réunira à partir de 15 heures. 

Les onze juges de la plus haute juridiction britannique ont jugé à l'unanimité "illégal, nul et non avenu" l'avis de Boris Johnson demandant à la reine Elizabeth II de suspendre le Parlement pendant cinq semaines, jusqu'au 14 octobre, à deux semaines du Brexit. Ils ont suivi l'argumentaire des adversaires du chef de gouvernement, qui l'accusaient d'avoir suspendu le Parlement pour museler l'opposition et sortir le Royaume-Uni de l'UE le 31 octobre, même sans accord de divorce. 

Lui n'a eu de cesse de répéter que la suspension du Parlement était justifiée afin de préparer et présenter ses priorités politiques nationales après son arrivée au pouvoir fin juillet. 

J. G. avec AFP