BFMTV

Belgique: un pont du 13e siècle détruit pour favoriser le trafic fluvial

Le Pont des Trous avant sa destruction

Le Pont des Trous avant sa destruction - Google StreetView

L'actuel édifice devrait être remplacé par une structure moderne, qui doit favoriser le passage de bateaux de grand taille.

C’est un déchirement pour les Tournaisiens. Depuis vendredi passé, le Pont des Trous, fer de lance du patrimoine et du tourisme de la ville wallonne, est en cours de destruction. La décision polémique avait démarré en février dernier et avait provoqué un tollé général, à tel point que les gilets jaunes s’étaient mobilisés en début d’année, et une banderole où était inscrit "le capitalisme va-t-il tout détruire? Touche pas à mon patrimoine", avait été dépliée.

L’édifice, érigé en 1281 et qui avait dû être reconstruit au lendemain de la Seconde guerre mondiale, n’était semble-t-il plus adapté au trafic fluvial. L’idée de cette déconstruction, et d’une reconstruction plus moderne, doit selon les autorités favoriser le grand canal Seine-Nord qui relie la Seine à l'Escaut et permettre d'ainsi laisser passer les plus gros bateaux, facilitant de fait une circulation plus intensive de marchandises. 

Destruction suivie en temps réel

Ce dimanche, l’arche central du pont a été détruite mais selon plusieurs médias belges, les travaux, qui devaient s’achever ce lundi ont pris plusieurs jours de retard, la faute à une reconstruction plus solide que prévue en 1948. Une fois l’ensemble du pont détruit, le passage fluvial sera agrandi et l’édifice sera remplacé "par une espèce de résille, beaucoup plus haute et particulièrement inélégante", soulignait en début d'année Didier Rykner, fondateur du site la Tribune de l'Art.

La destruction, filmée en temps réel par la télévision locale No Télé, est suivie par 120 pays signale-t-on outre-Quiévrain. 

Indignation collective 

Sur les réseaux sociaux, les premières photos et vidéos des travaux ont scandalisé les internautes, qui ont du mal à accepter la disparition d’un tel patrimoine.

D’autant plus que cette destruction et ce tel changement de paysage de la ville de Tournai pourrait avoir des conséquences néfastes à court et long terme. Très appréciée des touristes pour son aspect médiéval, la Cité aux Cinq Clochers jouit d'une zone protégée par l'Unesco. Un classement qui comprend également la cathédrale Notre-Dame et le beffroi de la ville mais qui pourrait définitivement être perdu en cas de destruction du pont...

Une pétition, déjà signée par 21.000 personnes, a été mise en ligne.

Hugo Septier