BFMTV

Belgique: 10.000 personnes manifestent contre le racisme à Bruxelles, 150 interpellations

La statue de Leopold II

La statue de Leopold II - JONAS ROOSENS / Belga / AFP

Comme dans plusieurs grandes villes européennes, les manifestants ont battu le pavé à Bruxelles ce dimanche, pour protester contre le racisme et les violences policières. 150 personnes ont été interpellées après des actes de vandalisme survenus à la fin du rassemblement.

Les manifestations contre le racisme continuent à essaimer à travers le monde suite à la mort de George Floyd. Plus de 10.000 personnes se sont rassemblées ce dimanche à Bruxelles, rapporte la RTBF, pour protester contre les violences policières après le décès de cet Afro-américain de 46 ans, asphyxié lors d'un contrôle de police à Minneapolis, le 25 mai dernier.

Dans la soirée, la police belge a arrêté 150 personnes impliquées dans des actes de vandalisme survenus à la fin d'un rassemblement, a annoncé le maire Philippe Close.

Plusieurs blessés lors des échauffourées 

"Après le rassemblement, des fauteurs de troubles et des délinquants ont délibérément provoqué les forces de l'ordre et dégradé le mobilier urbain. Ils s'en sont ensuite pris à des magasins pour les dévaliser comme de vulgaires voleurs", a-t-il déploré. "J'espère que les images caméras nous permettront encore d'en arrêter d'autres. Je souhaite aussi que la justice puisse les condamner sévèrement", a-t-il poursuivi.

Vitrines brisées et pillages: les violences ont commencé près de la place du Palais de Justice où a été organisé le rassemblement, sur une avenue où sont installées la plupart des enseignes du luxe dans la capitale. Des images montrent des casseurs démolissant les vitrines d'un magasin et s'enfuir avec leur larcin.

Les incidents et les affrontement avec la police se sont produits dans une rue commerçante de Matonge, le plus important quartier commerçant et associatif africain, a quelques encablures du Palais de Justice. Plusieurs personnes ont été blessées au cours des échauffourées, a constaté un photographe de l'AFP.

"Nous n'avons rien à voir avec ces actions", a déclaré Taiyno Cherubin, membre du comité d'organisation du rassemblement. "Nous avions un message de paix, notre rassemblement était pacifique", a-t-il insisté. 

Une rue commerçante touchée

Une centaine de casseurs ont été impliqués dans ces actions, selon les indications obtenues de source policière. Des camions équipés d'une pompe à eau ont été utilisés pour repousser les émeutiers et éteindre les feux de poubelles.

"Certains commerces ont subi d'importants dégâts", a indiqué la porte-parole de la police de Bruxelles, Ilse Van de Keere. Le maire de Bruxelles a annoncé son intention d'indemniser les commerçants.

Deux manifestations de plus faible ampleur ont également eu lieu dans le pays, répondant à l'appel lancé sur les réseaux sociaux la semaine dernière par le groupe Belgian Youth Against Racism. 1200 personnes ont répondu présentes à Anvers et 750 à Gand. 

"Le meurtre de George Floyd a visiblement réveillé beaucoup de gens", explique Ange Kazi, porte-parole du 'Belgian Network for Black Lives', au média belge. "Beaucoup de gens en ont marre de la violence policière qui touche systématiquement les noirs."

Avec des slogans comme "Tous contre le racisme" ou "Le nouveau racisme est de nier qu'il existe", manifestants et manifestantes étaient aussi venues pour protester contre le racisme et les violences policières dans leur propre pays, la Belgique. 

Camille Sarazin