BFMTV

Australie: une femme poignardée en plein centre de Sydney

La police enquête

La police enquête - Saeed KHAN / AFP

Un homme a poignardé une femme en pleine rue du centre de Sydney et a poursuivi d'autres personnes aux cris de "Allahou Akbar", ce mardi, avant d'être arrêté.

La police australienne a arrêté mardi un homme qui a poignardé une femme en pleine rue du centre de Sydney et poursuivi plusieurs autres personnes aux cris de "Allahou Akbar", ont déclaré des témoins de la scène.

La police a confirmé l'arrestation de l'assaillant et indiqué que la victime était dans un état "stable". Il n'y a pas a priori d'autre victime à déplorer, a ajouté la police, malgré "plusieurs tentatives par le même criminel d'en poignarder d'autres".

"Abattez-moi!"

Des images diffusées par des médias australiens montrent l'homme qui saute sur le toit d'une voiture en hurlant "Allahou Akbar" ("Dieu est le plus grand") et en brandissant un couteau tout en criant "Abattez-moi !" La police a également indiqué avoir recueilli plusieurs témoignages rapportant l'utilisation de cette expression mais n'avait pas encore déterminé ses motivations avant de qualifier l'agression. 

Muni d'un énorme couteau de cuisine

Témoin de la scène survenue peu après l'heure du déjeuner, Megan Hayley a précisé que l'agresseur d'une vingtaine ou une trentaine d'années, muni d'un énorme couteau de cuisine, avait poursuivi d'autres personnes dans le quartier d'affaires de Sydney après avoir poignardé une femme.

"Cinq ou six personnes se sont lancées à sa poursuite pour tenter de l'arrêter", a-t-elle ajouté, "et ils ont réussi à l'attraper et à le maîtriser".

La police a salué le courage des personnes qui l'avaient maîtrisé, soulignant que ces gens étaient "des héros".

Soupçonné d'avoir tué une femme auparavant

Cet homme de 21 ans, vivant à Sydney, est soupçonné d'avoir peu auparavant tué une jeune femme, a précisé la police. Il était connu pour des antécédents psychiatriques, pas pour des liens avec une organisation terroriste, a-t-elle ajouté.

La police a cependant trouvé sur lui une clé USB contenant des détails sur les attaques de suprémacistes blancs aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande. 

Alexandra Jaegy avec AFP