BFMTV

Attaque au couteau à Jérusalem, l'assaillant abattu par la police israélienne

Les forces de sécurité israéliennes à Jérusalem ce lundi soir.

Les forces de sécurité israéliennes à Jérusalem ce lundi soir. - AHMAD GHARABLI

Un homme ayant commis une attaque au couteau dans la vieille Ville de Jérusalem a été abattu lundi soir par les forces de sécurité israéliennes.

Un homme ayant poignardé un policier dans la Vieille ville de Jérusalem a été abattu lundi soir par les forces de sécurité israéliennes, a indiqué la police locale.

Selon cette source, l'assaillant présumé a été "neutralisé" par les forces de l'ordre. Ce terme est utilisé pour dire qu'il a été atteint par balle. Le porte-parole de la police Micky Rosenfeld a ensuite précisé à l'AFP que l'assaillant avait été "abattu" et qu'un policier avait été "légèrement blessé".

Une femme légérement blessée

Le policier, âgé de 19 ans, a été poignardé à la poitrine et n'a pas perdu connaissance, selon l'hôpital Hadassa de Jérusalem.

Une femme qui se trouvait à proximité de l'agression a également été blessée légèrement par les tirs des policiers, selon un communiqué de la police. D'après des témoins, l'assaillant présumé gisait sur le sol, ensanglanté, après l'incident.

L'attaque s'est déroulée au coeur de la Vieille ville de Jérusalem, située dans la partie orientale de la ville sainte occupée et annexée par Israël depuis 1967, et théâtre à l'occasion de heurts.

Normalisation des relations avec les Emirats arabes unis

Le Palestinien Iyad Hallak, un autiste d'une trentaine d'années, a été abattu en mai par la police israélienne qui le croyait à tort armé, ce qui avait suscité une vague de colère.

Des centaines d'Israéliens ont défilé près du quartier général de la police à Jérusalem et des Palestiniens ont mené une longue procession pour protester contre la mort de ce Palestinien, dénoncée par l'ensemble de la classe politique locale.

La mort d'Iyad Hallak, à l'entrée de la Vieille ville, s'est télescopée avec celle aux Etats-Unis de George Floyd. Sur les réseaux sociaux arabes, le hashtag #PalestinianLivesMatter ("La vie des Palestiniens compte") a côtoyé #BlackLivesMatter, mouvement et cri de ralliement antiraciste aux Etats-Unis.

L'incident de lundi intervient quelques jours après l'annonce surprise d'un accord de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis, fustigé par l'Autorité palestinienne et le Hamas qui n'ont toutefois pas appelé à y répondre de manière violente.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV