BFMTV

Vietnam: les pires émeutes anti-chinois depuis des décennies

Une usine en flammes à Binh Duong, au Viêtnam, le 14 mai 2014.

Une usine en flammes à Binh Duong, au Viêtnam, le 14 mai 2014. - -

Des usines "chinoises" ont été incendiées et d’autres pillées au Vietnam après l'installation par Pékin d'une plateforme pétrolière dans des eaux revendiquées par Hanoï. La Chine a fait part de son inquiétude.

Des manifestants anti-chinois ont incendié plus de dix usines au Vietnam, une éruption de rage sans précédent depuis des décennies. En cause: le déploiement par Pékin d'une plateforme pétrolière dans des eaux revendiquées par Hanoï.

La Chine a exprimé ses "graves inquiétudes" après ces incendies doublés du pillage d'usines et bureaux d'entreprises estampillées "chinoises". Les violences ont eu lieu mardi lors de manifestations de milliers de Vietnamiens travaillant dans des zones industrielles à capitaux étrangers. Elles se sont produites dans des zones industrielles de la province de Binh Duong, près de Ho Chi Minh-Ville, la capitale économique, dans le sud du pays.

Des entreprises taïwanaises et sud-coréennes en ont également été victimes, dans une apparente méprise des manifestants. Aucun blessé n'a été signalé. Mais quelque 500 émeutiers ont été interpellés, selon Le Xuan Truong, de la police de la province de Binh Duong.

Des différends de longue date

Ces émeutes montrent "les dangers d'une ferveur nationaliste déchaînée, notamment dans un environnement institutionnel répressif comme au Vietnam", commente Jonathan London, de la City University de Hong-Kong. Dans ce pays sans médias indépendants, des vidéos et des images postées sur des blogs de dissidents ont montré des milliers d'ouvriers détruisant des portails d'usines, brisant des fenêtres et détruisant des bureaux.

Des entreprises taïwanaises, japonaises et sud-coréennes ont suspendu leur activité mercredi, plaçant des drapeaux vietnamiens devant leurs bâtiments pour tenter de se protéger, selon VNExpress.
Taïwan a condamné les violences et a demandé au Vietnam d'assurer la sécurité de ses ressortissants.

Chine et Vietnam ont des différends de longue date sur les archipels des Paracels et des Spratleys, dont les fonds sont supposés riches en pétrole et qui constituent d'importantes voies maritimes internationales.

A. D. avec AFP