BFMTV

Vladimir Poutine a dit à Mike Pence que la Russie n'a pas interféré dans l'élection américaine

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. - SERGEI KARPUKHIN / POOL / AFP

Dimanche soir, Dmitri Peskov a affirmé que Vladimir Poutine a assuré à Mike Pence que la Russie n'a pas interféré lors de l'élection américaine de 2016.

Le président russe Vladimir Poutine a assuré au vice-président des Etats-Unis Mike Pence lors de leur rencontre à Singapour que la Russie n'avait pas interféré dans l'élection américaine de 2016, a affirmé le Kremlin.

La semaine dernière, Vladimir Poutine et Mike Pence ont eu un échange informel pendant une dizaine de minutes en marge du sommet de l'Association des pays du Sud-Est (Asean) à Singapour.

"Pourquoi vous ne nous comprenez pas?"

"Les Américains parlent sans arrêt, comme d'un mantra, de l'ingérence dans les élections [...]. Pence, naturellement, a commencé la discussion (avec Vladimir Poutine) sur ce sujet", a affirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, lors d'une émission diffusée dimanche soir à la télévision russe.

Selon Dmitri Peskov, la Russie répète "aussi comme un mantra: "Pourquoi vous ne nous comprenez pas? Comment vous expliquer encore une fois que le gouvernement russe ne peut pas et n'a rien à voir avec les cas d'ingérence dans les affaires internes ou les processus électoraux?" ".

"C'est ce qui d'ailleurs a été dit à Pence [...] Nous partons du principe que tout ce que dit Poutine sera transmis au chef d'Etat américain", a ajouté Dmitri Peskov lors de cette émission de télévision.

Perturber le processus démocratique américain

La Russie est accusée aux Etats-Unis d'avoir influencé l'élection présidentielle de 2016, piratant les boîtes mails des instances du Parti démocrate et organisant une campagne sur les réseaux sociaux visant à perturber le processus démocratique américain.

Une enquête cherche aussi à déterminer s'il y a eu collusion entre la Russie et l'équipe de campagne du milliardaire américain.

Donald Trump, qui a toujours démenti ces accusations, a été très critiqué aux Etats-Unis pour n'avoir pas abordé le sujet lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine en juillet à Helsinki. Les deux hommes devraient se retrouver à la fin du mois en Argentine lors du sommet du G20.
B.L. avec AFP