BFMTV
Russie

Un oligarque russe meurt dans d'étranges circonstances après une séance de chamanisme

Le logo de la firme Lukoil - Image d'illustration

Le logo de la firme Lukoil - Image d'illustration - Michael M. Santiago / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Alexander Subbotin, ancien haut responsable du groupe pétrolier russe Lukoil, a été pris de vomissements et de douleurs thoraciques après l'ingestion de venin de crapaud.

L'histoire pourrait sortir tout droit d'un roman d'espionnage. Comme l'indique le quotidien The Independent qui s'appuie sur plusieurs médias russes, Alexander Subbotin, un ancien haut responsable du plus grand groupe pétrolier russe Lukoil, a récemment trouvé la mort dans des circonstances plutôt troubles, à l'âge de 43 ans.

Selon cette même source, l'oligarque russe aurait mortellement été intoxiqué par du venin de crapaud lors d'une séance de chamanisme, en proche banlieue de Moscou. Subbotin avait sollicité ce chaman, qu'il connaissait depuis de longues années, afin de soigner un lendemain de soirée trop arrosé.

D'après le récit relayé par The Independent, le "spécialiste" aurait réalisé une incision dans le corps de l'oligarque afin d'y infiltrer quelques gouttes du venin. Pris de vomissements et de douleurs thoraciques, Subbotin ne se serait pas senti pas bien. Le chaman lui aurait alors conseillé la prise d'un calmant et du repos. Quelques heures plus tard, il est retrouvé mort dans sa cave. Il aurait été victime d'une crise cardiaque, hypothèse qui doit encore être confirmée par une autopsie.

Vague de morts mystérieuses

Cette tragique disparition pourrait se réduire à une consultation de "médecine" alternative qui a mal tourné. Seulement, depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Vladimir Poutine le 24 février dernier, les morts suspectes d'oligarques ou de personnages importants du monde de l'économie russe se multiplient.

Depuis le 28 février, au moins quatre oligarques ont été retrouvés morts selon le magazine Newsweek, qui mentionne également deux morts avant cette date. Tous dans des conditions qui s'apparentent à un suicide. Parmi eux, trois auraient tué femmes et enfants avant de se donner la mort.

Pour l'heure, absolument aucune preuve ne permet de relier ces morts avec une quelconque activité du Kremlin d'autant qu'aucun d'entre eux n'a pris position contre "l'opération militaire spéciale", terme officiel utilisé par Moscou.

Or, le vent semble avoir tourné pour ces milliardaires qui avaient fait fortune dans les années 1990. Une sorte de message envoyé par les autorités qui pourrait sonner "la fin d'un système honteux, qui avait notamment été dénoncé par Navalny", indiquait sur notre antenne Vladimir Federovski, un ancien diplomate russe.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV