BFMTV

Meurtre de l'opposant russe Boris Nemtsov: le point sur l'enquête

L'opposant russe Boris Nemtsov a été tué par balle en plein centre de Moscou dans la nuit de vendredi à samedi.

L'opposant russe Boris Nemtsov a été tué par balle en plein centre de Moscou dans la nuit de vendredi à samedi. - KIRILL KUDRYAVTSEV - AFP

C'était l'un des principaux opposants à Vladimir Poutine: Boris Nemtsov, ancien Premier ministre de Boris Elstine, a été abattu dans la nuit de vendredi à samedi au beau milieu de Moscou. Un meurtre "planifié" jugent les enquêteurs quand Vladimir Poutine promet de châtier les coupables.

L'opposant russe Boris Nemtsov a été tué par balles en plein centre de Moscou dans la nuit de vendredi à samedi. Une information officielle, annoncée par la police de la capitale alors que les enquêteurs estime le crime "minutieusement planifié". Boris Nemtsov se promenait avec une jeune femme sur le Grand Pont de pierre, juste à côté du Kremlin, quand "on lui a tiré quatre coups de feu dans le dos, causant sa mort", a déclaré une porte-parole du ministère russe de l'Intérieur, Elena Alexeeva, à la chaîne de télévision Rossia 24.

D'ailleurs, des images, de médiocre qualité, diffusées samedi soir sur la chaîne russe TVC et prises par une caméra de vidéosurveillance montrent ce qui serait le moment de l'assassinat.

Un crime "minutieusement planifié"

Plusieurs personnes ont été témoins de l'assassinat, a précisé la police, citée par l'agence de presse RIA Novosti.

"Devant moi, je vois le corps de Boris. Il y a beaucoup de policiers autour", a déclaré un proche de Boris Nemtsov, l'opposant Ilia Iachine, à Ria Novosti.

"Il ne fait aucun doute que ce crime a été minutieusement planifié, tout comme le lieu qui a été choisi pour le meurtre", a écrit le Comité d'enquête russe dans un communiqué. "Boris Nemtsov se rendait avec sa compagne à son appartement, situé non loin du lieu des faits. Il est évident que les organisateurs et les auteurs de ce crime étaient informés de son trajet", conclut le Comité.

Les enquêteurs ont ainsi retrouvé sur les lieux du meurtre six douilles de munition de calibre 9 mm, mais qui proviennent de différents fabricants, ce qui rend plus difficile de déterminer leur origine. Au delà du crime politiquement motivé, les autorités étudient également la piste islamiste, Boris Nemtsov ayant reçu des menaces suite à son soutien au journal satirique français Charlie Hebdo après les attentats de Paris début janvier, selon le Comité d'enquête.

"Une provocation", selon Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé de son côté que "tout sera fait pour que les organisateurs et exécutants de ce crime lâche et cynique reçoivent le châtiment qu'ils méritent".

"Boris Nemtsov a laissé son empreinte dans l'histoire de la Russie, dans la vie politique et celle de la société. Il a toujours ouvertement et honnêtement exprimé ses positions", a déclaré le président russe dans un message de condoléances à Dina Eidman, la mère de Boris Nemtsov. "Je partage sincèrement le malheur qui vous frappe". Son porte-parole avait dans un communiqué parlé de véritable "provocation".

Le président américain Barack Obama a condamné "le meurtre brutal" de Boris Nemtsov et appelé "le gouvernement russe à rapidement mener une enquête impartiale et transparente", tandis que le secrétaire d'Etat John Kerry s'est déclaré "choqué et attristé".

Samedi matin, François Hollande a dénoncé "un odieux assassinat" et salue le "défenseur" de la démocratie qu'était Boris Nemtsov. Angela Merkel, elle, se dit "consternée" par un "meurtre lâche".

Une manifestation prévue dimanche

Le président ukrainien Petro Porochenko a lui aussi réagi dans la nuit: "Il (Boris Nemtsov) était un pont entre l'Ukraine et la Russie, et ce pont a été détruit par les coups de feu d'un assassin. Je pense que ce n'est pas par hasard", a-t-il écrit sur Facebook. Seule note discordante, un responsable du parti communiste russe, Ivan Melnikov, a estimé qu'il s'agissait d'une "provocation sanglante (...) destinée à relancer l'hystérie antirusse à l'étranger", dans une déclaration citée par Ria Novosti.

Boris Nemtsov devait participer dimanche à une manifestation contre l"'agression de Vladimir Poutine" en Ukraine dans un quartier excentré de Moscou. Un responsable de la manifestation, Leonid Volkov, a annoncé que celle-ci était annulée et remplacée par une marche à la mémoire de l'opposant assassiné.Les autorités moscovites ont autorisé l'opposition à organiser la marche. La route empruntée traversera le Grand pont de pierre, où Boris Nemtsov a été abattu.

Jé. M. avec AFP