BFMTV

BHL, Cohn-Bendit et Le Roux sur la liste noire de Moscou

Le Kremlin a dressé une liste de personnalités européennes interdites de territoire russe. Il s'agit d'une riposte à des sanctions de l'Union européenne.

Sanctionnée par l'Union européenne sur le volet ukrainien la Russie contre-attaque. Moscou a interdit à des personnalités l'UE d'entrer sur son . Au total, 89 noms, dont ceux d'anciens chefs de gouvernement, de hauts responsables de la défense et de parlementaires, détracteurs de la politique de la Russie, figurent sur cette liste que Moscou a transmise vendredi à des ambassades.

Elle s'adresse avant tout aux défenseurs des libertés individuels, aux soutiens de l'opposition russe et aux défenseurs des droits de l'homme. La publication de cette liste intervient une semaine après que la Russie a adopté une loi qui permet de décréter une ONG indésirable sans passer devant la justice. Les membres étrangers de l'organisation seront interdits de rentrer en Russie.

Quatre Français sur la liste

Quatre Français figurent dans la liste dont le philosophe Bernard-Henri Lévy, artisan de l'intervention de l'Otan en Libye qui a fortement déplu à Moscou. Il a aussi pris position au sujet de la crise en Ukraine. L'ancien eurodéputé écologiste franco-allemand Daniel Cohn-Bendit est aussi visé. Il n'a, de son côté, jamais caché l'antipathie que lui inspire Poutine et son opposition au régime russe. Il a aussi Bruno Le Roux qui préside le groupe socialiste à l'Assemblée nationale et Henri Malosse le président du Comité économique et social européen.

La "liste noire" de la Russie interdisant à des personnalités européennes d'entrer sur son territoire, en riposte notamment à une mesure similaire de l'UE, est "totalement arbitraire et injustifiée", a déclaré un porte-parole de la diplomatie européenne.. "Nous considérons cette mesure comme étant totalement arbitraire et injustifiée, surtout en l'absence de toute clarification ultérieure et de transparence", a-t-il ajouté.

"Je considère cela comme une récompense"

Dans le même temps, samedi, plusieurs hommes politiques européens se sont dits fiers d'avoir été inclus sur la "liste noire" de la Russie. "Lorsque j'ai vu les autres noms (sur la liste), j'ai (aussitôt) pensé que je faisais partie d'un club très honorable", a par exemple affirmé l'ancien ministre tchèque des Affaires étrangères Karel Schwarzenberg, connu pour ses critiques de la politique de Moscou à l'égard de l'Ukraine. "Je considère cela comme une récompense", a ajouté ce député. 

Neuf Britanniques figurent, selon une source proche du dossier, sur cette liste. Parmi eux, le patron du renseignement MI5, Andrew Parker, le chef d'état-major de l'armée, Nicholas Houghton, l'ancien vice-Premier ministre Nick Clegg et l'ancien ministre des Affaires étrangères Malcolm Rifkind.

Il y a aussi, selon différentes sources, ceux d'hommes et de femmes politiques polonais, suédois, allemands, tchèques, néerlandais, finlandais et belges, dont le président du groupe libéral au Parlement européen et ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt et l'ex-président du Parlement européen et ancien chef du gouvernement polonais Jerzy Buzek.

la rédaction avec l'AFP et notre correspondant Jean-Didier Revoin