BFMTV

Philippines: arrestation d'un prêtre américain soupçonné de pédophilie

Un grand nombre des prêtres cités ont commis leurs méfaits dans les années 50 ou 60.

Un grand nombre des prêtres cités ont commis leurs méfaits dans les années 50 ou 60. - FRANCOIS GUILLOT / AFP

Jeudi, un prêtre américain soupçonné de pédophilie a été arrêté aux Philippines.

Un prêtre américain soupçonné d'agressions sexuelles sur des enfants de choeur philippins, âgés pour certains de sept ans, a été arrêté dans l'archipel et va être expulsé aux Etats-Unis, ont annoncé les autorités jeudi.

"Prédateur de nos enfants"

Kenneth Bernard Hendricks, 77 ans, a été arrêté mercredi dans l'île de Biliran, dans le centre de ce pays à très large majorité catholique où il officie comme prêtre depuis 37 ans.

"Nous avons été informés par les autorités américaines d'accusations d'exploitation sexuelle par Hendricks concernant de multiples garçons philippins", a déclaré dans un communiqué Dana Sandoval, porte-parole des services de l'immigration.

"Notre priorité, c'est de virer les gens comme ça qui sont les prédateurs de nos enfants".

Enfants de choeur âgés de 7 à 12 ans

Le suspect fait l'objet d'un mandat d'arrêt aux Etats-Unis suite à son inculpation par un tribunal américain pour "comportement sexuel illégal à l'étranger", a ajouté la porte-parole.

Selon les services philippins de l'immigration, il est soupçonné d'avoir abusé sexuellement à son domicile des enfants de choeur âgés de sept à 12 ans, leur racontant qu'ils iraient en prison s'ils parlaient de ce qui leur arrivait.

"Considéré comme un bon prêtre"

Sur les images des télévisions philippines, on voit le père Hendricks hocher calmement la tête tandis qu'on lui lit ses droits.

La police philippine a précisé qu'il faisait l'objet d'enquêtes séparées dans l'archipel à la suite de plaintes de deux garçons.

"Les gens sont abasourdis par ces accusations car il était considéré comme un bon prêtre", a déclaré Lilibeth Morillo, porte-parole de la police provinciale.

Le suspect va être expulsé et se verra interdire de revenir dans l'archipel.

B.L. avec AFP