BFMTV

Inde: importantes mesures de sécurité pour permettre aux femmes d'accéder à un temple

Le temple hindou de Sabarimala.

Le temple hindou de Sabarimala. - ARUN SANKAR / AFP

Vendredi, la police indienne a mis en place un important dispositif de sécurité pour permettre aux femmes d'accéder à un grand temple hindou.

La police indienne a mis en place vendredi d'imposantes mesures de sécurité pour permettre aux femmes d'accéder à un grand temple hindou du sud de l'Inde malgré l'hostilité de traditionalistes hindous, un mois après de premiers affrontements sur le sujet.

La Cour suprême indienne a révoqué en septembre l'interdiction ancienne faite aux femmes en âge d'avoir leurs règles, soit entre 10 et 50 ans, d'entrer dans le temple hindou de Sabarimala. Depuis, le temple est l'objet d'une confrontation entre défenseurs des droits des femmes et extrémistes hindous.

Plusieurs milliers de policiers 

Plus de 3.400 policiers, dont beaucoup en tenues anti-émeutes, ont été déployés sur les routes d'accès au temple situé dans l'Etat du Kerala, selon des sources officielles. La dernière fois que des femmes avaient tenté de s'y rendre en application de l'arrêt de la Cour, des heurts avaient éclaté.

Environ 700 femmes se sont enregistrées pour visiter le site, qui ouvre ses portes vendredi à la veille du début d'un festival hindou qui dure jusqu'à la mi-janvier. Durant ce laps de temps, des centaines de milliers de fidèles devraient faire le voyage jusqu'au sanctuaire, situé à quatre heures de marche en haut d'une colline.

Quelque 500 manifestants hindous se sont réunis à l'aéroport de Kochi, à environ 150 kilomètres du sanctuaire, pour tenter d'empêcher la militante du droit des femmes Trupti Desai d'en sortir pour s'y rendre.

"On a tenté plusieurs fois de prendre des taxis mais les agitateurs les empêchent de nous embarquer. Ils les menacent de violences", a-t-elle raconté à la télévision indienne. "Même les policiers disent qu'ils ne peuvent pas pour l'instant nous aider à sortir de l'aéroport car le nombre de manifestants grossit et ils deviennent violents".

Les policiers ont mis en place des barricades sur les routes pour contrôler les véhicules. "Nous allons déployer 15.200 policiers autour du temple pendant toute la saison, jusqu'au 15 janvier", a déclaré Pramod Kumar, porte-parole de la police de l'Etat de Kerala.

2.000 personnes arrêtées en octobre

A la mi-octobre, des affrontements avaient éclaté entre forces de l'ordre et extrémistes, qui avaient empêché les femmes de monter au temple. Ils avaient lancé des pierres sur les policiers et s'en étaient pris aux journalistes femmes.

Environ 2.000 personnes avaient été arrêtées par la suite. Le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata (PJP) du Premier ministre indien Narendra Modi a affirmé que ses partisans avaient été injustement ciblés par cette vague d'arrestations.

"Le BJP soutient les fidèles", a déclaré P.S Sreedharan Pillai, son président pour le Kerala, un Etat dirigé par un gouvernement communiste. "Les communistes sont des athées qui veulent la destruction de la culture du temple de Sabarimala". 

Une pratique pas antifemmes

Pour les défenseurs des droits, l'interdiction de Sabarimala relève d'une croyance archaïque et patriarcale selon laquelle les femmes réglées seraient impures.

Les traditionalistes arguent que les Indiennes peuvent accéder à la plupart des temples hindous, que la situation de Sabarimala résulte d'une pratique particulière et n'est pas antifemmes.

Les autorités de l'Etat se disent déterminées à ce que les femmes puissent accéder au temple cette fois-ci. D'après la presse, la police envisage même de les transporter sur le site en hélicoptère.

B.L. avec AFP