BFMTV
Corée du Nord

La Corée du Nord dénonce la visite de Nancy Pelosi à la frontière intercoréenne

Nancy Pelosi visite la zone démilitarisée entre les deux Corées, le 4 août 2022.

Nancy Pelosi visite la zone démilitarisée entre les deux Corées, le 4 août 2022. - AFP PHOTO

La cheffe des députés, qui a fait étape cette semaine en Corée du Sud, lors de sa tournée en Asie, est la plus haute responsable américaines à visiter la "zone de sécurité conjointe" depuis Donald Trump, en 2019.

La Corée du Nord a dénoncé samedi la visite de Nancy Pelosi dans la zone démilitarisée entre les deux Corées, qualifiant la cheffe des députés américains de "pire destructrice de la paix et de la stabilité internationales".

Nancy Pelosi, qui a fait étape en Corée du Sud cette semaine pendant sa tournée en Asie, a été la plus haute responsable américaine à visiter la "Zone de sécurité conjointe" (JSA) depuis 2019, année où le président de l'époque Donald Trump y avait rencontré le leader nord-coréen Kim Jong Un.

La JSA est le seul endroit, le long des 250 kilomètres de la ligne de démarcation ultra-fortifiée entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, où se font face à quelques mètres de distance soldats nord-coréens et membres du contingent des Nations unies dirigé par les États-Unis.

"Les États-Unis ne font que jeter de l'huile sur le feu"

Avant de se rendre dans la JSA, Nancy Pelosi et son homologue sud-coréen Kim Jin-pyo avaient appelé, à Séoul, à "une dissuasion forte et étendue contre la Corée du Nord".

La visite de Nancy Pelosi dans la JSA "démasque totalement la vision hostile de l'administration américaine actuelle envers la RPDC" (République populaire et démocratique de Corée, le nom officiel de la Corée du Nord, ndlr), a déclaré Jo Yong Sam, un responsable du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

"Les États-Unis ne font que jeter de l'huile sur le feu", a-t-il ajouté dans une déclaration diffusée par l'agence officielle KCNA.

Ce responsable a également fustigé la visite de Nancy Pelosi à Taïwan.

"Pelosi, la pire destructrice de la paix et de la stabilité internationales, (...) s'est attiré les foudres du peuple chinois pour sa récente virée à Taïwan", a déclaré Jo Yong Sam. "Les États-Unis devront payer cher pour tous les problèmes qu'elle a engendrés partout où elle est allée", a-t-il poursuivi.
F.R. avec AFP