BFMTV

La mystérieuse disparition de Xi Jinping

L'absence du vice-président chinois depuis le 1er septembre est très remarquée.

L'absence du vice-président chinois depuis le 1er septembre est très remarquée. - -

Depuis dix jours, le vice-président chinois n'est pas reparu en public et il a déjà annulé trois rendez-vous diplomatiques. Devant le mutisme des autorités, les plus folles rumeurs commencent à courir.

Un haut dignitaire qui annule au dernier moment un rendez-vous diplomatique, ça arrive. Quand il en annule trois coup sur coup, qu’il ne paraît plus en public depuis dix jours et qu’aucune explication n’est donnée, le fait devient franchement suspect. Surtout quand il s’agit de Xi Jinping, le vice-président de la République populaire de Chine.

"Un mal de dos soudain"

A seulement un mois du 18e congrès du Parti communiste, qui doit faire de Xi Jinping le nouveau chef de l’Etat chinois, une telle absence a été très remarquée. L’homme de 59 ans a ainsi ajourné une rencontre avec la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton. Il ne s’est pas non plus présenté devant le Premier ministre danois, Helle Thorning-Schmidt. Le jour dit, l’administration a nié devant la presse, pourtant conviée à cette rencontre, qu’une telle séance photo était prévue…

D’autres faits ajoutent à l’étrangeté de la disparition, comme la diffusion pour toute réponse, le 10 septembre, d’un discours qu’il a prononcé le 1er septembre. C’est sa dernière apparition publique.

Alors que les diplomates américains obtiennent l’explication d’un mal de dos soudain, la thèse d’un incident de piscine se répand. Une source de son entourage explique : "Il s'est blessé au dos en allant nager comme tous les jours […] Il n'est pas bien, mais ce n'est pas un gros problème." Si telle est la vérité, pourquoi ce mutisme ?

Accident de voiture, crise cardiaque, assassinat...

Dans les médias et sur les réseaux sociaux chinois, de nombreuses rumeurs se sont rapidement répandues. Un média a même annoncé qu’il avait été blessé dans un accident de voiture. D’autres affirment qu’il aurait succombé à une crise cardiaque. Il a même été avancé que Xi Jinping avait été blessé ou tué dans un complot.

Alors que Weibo, le Twitter chinois contrôlé par les autorités, supprime automatiquement les messages qui parlent des cadres du parti, le sujet est au centre de toutes les discussions… de manière détournée.

Ainsi, si "blessure au dos" est censuré, Le Monde relève que les internautes utilisent des jeux de mots pour désigner le porté disparu. Le pronom personnel anglais "She", par exemple, qui a une sonorité proche de Xi. Ce qui donne des messages comme "Where is she ?" ou "She est blessé, Who l’a fait ?" (en référence à l’actuel secrétaire général du parti, Hu Jintao).

Le 12 septembre, les autorités chinoises maintiennent toujours un black-out complet à son propos, répondant invariablement aux journalistes : "Nous n’avons pas d’informations à vous donner à ce sujet."

Olivier Laffargue