BFMTV

Colère de Pékin contre Stockholm dans l'affaire des touristes chinois expulsés d'un hôtel

Stockholm.

Stockholm. - JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Lundi la Chine a accusé la police de Stockholm de brutalité suite à l'expulsion de touristes chinois d'un hôtel de la capitale suédoise.

La Chine a protesté officiellement auprès de la Suède et accusé la police de Stockholm de "brutalité" pour avoir expulsé de force des touristes d'un hôtel, a indiqué lundi le ministère chinois des Affaires étrangères.

Portés par les policiers 

L'affaire a débuté le 2 septembre, lorsqu'un homme et ses deux parents âgés sont arrivés peu après minuit dans l'établissement suédois. En avance de plusieurs heures, ils ont voulu dormir dans le hall en attendant leur chambre. Mais les employés s'y sont opposés et ont fini par appeler les forces de l'ordre.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent un homme porté à l'extérieur d'un bâtiment par deux policiers, et une femme âgée en pleurs, assise sur la chaussée et criant "Au secours!".

Menaçante et agressive 

De son côté, le gérant de l'hôtel a raconté au quotidien suédois Aftonbladet que la famille chinoise s'était montrée menaçante et agressive vis-à-vis des employés de l'établissement, ce qui l'avait poussé à prévenir la police.

L'ambassade de Chine et le ministère chinois des Affaires étrangères ont protesté auprès de la Suède après le "traitement brutal" des touristes, a indiqué lundi Geng Shuang, le porte-parole de la diplomatie chinoise.

"Nous demandons à la partie suédoise qu'elle enquête de façon approfondie sur l'incident, réponde rapidement aux demandes raisonnables des personnes concernées et informe la partie chinoise dès que possible", a-t-il martelé lors d'un point presse régulier.

Mais "la police suédoise est une administration indépendante. Le gouvernement ne peut et ne doit pas intervenir dans ce genre d'enquêtes", a déclaré son homologue suédois, Patric Nilsson.

Classement sans suite

Le procureur en chef chargé des investigations visant des fonctionnaires de police, Mats Ericsson, a pour sa part annoncé lundi le classement sans suite de l'affaire.

"La police a le droit, selon la loi, de déplacer une personne d'un endroit à un autre. Il s'agit d'une procédure de police extrêmement banale et standard", a-t-il indiqué au journal Aftonbladet.

"Le traitement brutal que ces touristes étrangers ont reçu dans un pays développé qui se prétend être civilisé et un porte-drapeau des droits de l'homme est véritablement choquant et inacceptable", a néanmoins dénoncé la télévision d'Etat chinoise CCTV.

Relations tendues

L'incident survient après la visite la semaine dernière en Suède du Dalaï lama. Le leader bouddhiste tibétain est la bête noire de Pékin, qui le considère comme un "séparatiste" voulant arracher le Tibet à la Chine.

Les relations bilatérales sont également tendues en raison de la détention en Chine du libraire suédois d'origine chinoise Gui Minhai, qui publiait à Hong Kong des livres au contenu salace sur les dirigeants chinois.

B.L. avec AFP