BFMTV

Agression d’un Français en Chine: l’ambassade appelle à la "vigilance"

Le quartier de la concession française à Shanghaï, en Chine

Le quartier de la concession française à Shanghaï, en Chine - MARK RALSTON / AFP

L’ambassade de France en Chine a appelé la communauté française "à la plus grande vigilance" après la "violente" agression mercredi à l’arme blanche d’un Français à Shanghaï.

Mercredi en milieu de journée, un ressortissant français a été attaqué à l’arme blanche dans l’ancienne concession française de Shanghaï, un quartier particulièrement prisé des expatriés. L’homme, dont l’identité n’a pas été révélée, a été secouru par un ami chinois. L’agresseur a réussi à prendre la fuite, avant d’être finalement interpellé peu de temps après par la police chinoise, a rapporté l’ambassade de France sur son site internet.

Si les autorités françaises parlent d’une "violente" agression, la police de Shanghaï a quant à elle annoncé vendredi qu’un "ressortissant étranger" avait été "blessé superficiellement au cou", sans préciser s’il s’agissait du Français concerné. Une photo d’un jeune homme de type occidental, portant un pansement au cou, en train de discuter avec un policier, a été diffusée, sans que son authenticité ne puisse être établie.

L’agresseur présumé, un jeune homme de 27 ans originaire de Shanghaï, et souffrant de "troubles mentaux", aurait attaqué le ressortissant français avec "une petite lame de rasoir ", toujours selon les autorités chinoises.

Suite à cet incident, l'ambassade de France a indiqué qu'elle était "en contact permanent" avec les autorités chinoises pour leur rappeler que la sécurité des Français en Chine était une "priorité" pour le gouvernement français.

Aucun lien établi avec le décès d'un Chinois à Paris

Le communiqué de l'ambassade de France n'établit aucun lien avec la mort d'un Chinois tué dimanche dans le XIXème arrondissement de Paris par un policier français.

Le décès de cet homme de 56 ans, intervenu dans des circonstances troubles, a provoqué plusieurs rassemblements émaillés d'incidents et de dégradations dans la capitale française.

La Chine avait alors exigé que Paris fasse "toute la lumière sur cette affaire" et avait demandé aux autorités françaises de prendre "des mesures efficaces afin de protéger la sécurité des droits et les intérêts légitimes des citoyens". 

Mélanie Rostagnat avec AFP