BFMTV

Ce que contient vraiment le texte commun signé par Trump et Kim

Les dirigeants américain et nord-coréen ont signé ce mardi un document dans lequel Pyongyang s'engage en faveur d'une dénucléarisation. En réalité, Kim Jong-un n'a rien promis.

Cinq poignées de main et une signature. Donald Trump et Kim Jong-un ont apposé leurs paraphes ce mardi sur un document commun lors d'un sommet exceptionnel à Singapour. Un moment historique.

Un engagement "ferme et inébranlable"

Dans ce texte, le dirigeant nord-coréen s'engage pour une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne". Interrogé sur cette dénucléarisation, enjeu majeur après des décennies de tensions autour des ambitions atomiques de la Corée du Nord, le président américain a assuré que ce "processus" pourrait désormais commencer "très rapidement".

"Kim Jong-un a réaffirmé son engagement ferme et inébranlable en faveur d'une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", est-il écrit dans ce texte, que les deux hommes s'engagent à mettre en œuvre "dans sa totalité". Rien de nouveau, estime sur BFMTV Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique.

"Des engagements de la Corée du Nord avaient été annoncés dès le début des années 90, notamment sur la question de la dénucléarisation."

Pour convaincre la Corée du Nord d'y renoncer alors que le régime Kim y a toujours vu une forme d'assurance-vie, le président Trump s'est formellement engagé dans le document conjoint à apporter des "garanties de sécurité".

"Un début de confiance fragile"

Pour Mathieu Duchâtel, directeur adjoint du programme Asie et Chine du Conseil européen pour les relations internationales (ECFR), ce document est un point de départ.

"On est peut-être dans un processus de construction de la confiance, bien que la confiance que l'on puisse accorder à Donald Trump soit sujette à caution, on l'a vu au G7 lorsqu'il a retiré son soutien au communiqué commun. C'est un début de confiance fragile, réversible et sans garantie, mais un début quand même", souligne-t-il pour BFMTV.

Selon lui, "si les choses se passent bien", la dénucléarisation se fera "de manière graduelle, graduée, pas à pas et concession après concession". Et prendra de nombreuses années. Pour Antoine Bondaz, les négociations ne font que commencer. "On a aujourd'hui une déclaration politique d'intention, en aucun cas un accord technique", ajoute-t-il.

Autre point positif pour la communauté internationale, qui a "tout à gagner avec ce type de sommet", poursuit le chercheur. "Cela permet d'apaiser les tensions, d'éviter une escalade militaire et de mettre la diplomatie et le dialogue au cœur des relations."

Ni vérifiable, ni irréversible

Mais la formulation de la déclaration commune reste assez vague en termes de calendrier. Surtout, elle ne précise pas que la dénucléarisation doit être "vérifiable et irréversible", comme le réclamaient les États-Unis, ce qui risque d'apparaître comme un recul de la part de Donald Trump. Aucune liste non plus des activités ni des installations nord-coréennes.

"Le risque, c'est que la Corée du Nord entre dans ce processus sans aucune intention de dénucléariser", remarque Mathieu Duchâtel. Et pendant ce temps-là, "Kim Jong-un continue de travailler sur son armement". Le régime de Pyongyang est passé maître dans l'art des promesses non tenues. En 1994 puis en 2005, des accords avaient été conclus mais aucun d'entre eux n'a jamais été réellement appliqué.

Une grande victoire pour la Corée du Nord

Le grand gagnant de ce sommet, c'est Kim Jong-un. Reçu en grande pompe et grâce à ce face-à-face avec Donald Trump, il est devenu un chef d'État comme les autres, analyse le spécialiste de l'Asie. 

"Le leader nord-coréen est le grand gagnant. Pour lui, ce sommet est une immense victoire alors que pour Donald Trump, la victoire est toute petite. Les Nord-Coréens ont obtenu exactement ce qu'ils voulaient sans faire aucune concession. Ils vont continuer à échanger avec les États-Unis, la Chine, la Russie et apparaître comme une puissance nucléaire. C'est une légitimation de sa personne, de son régime, de son comportement et de son programme."

Céline Hussonnois-Alaya