BFMTV

Boeing MH370: la Malaisie confirme un changement de cap "délibéré"

Un avion de la Malaysia Airlines est inspecté sur le tarmac de l'aéroport de Kuala Lumpur, le 13 mars 2014.

Un avion de la Malaysia Airlines est inspecté sur le tarmac de l'aéroport de Kuala Lumpur, le 13 mars 2014. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Les enquêteurs pensent désormais que l'avion disparu aurait été détourné et piloté par un pilote expérimenté. Même si le Premier ministre malaisien a refusé ce samedi matin de confirmer la thèse du "détournement".

La thèse du détournement est désormais privilégiée. Les enquêteurs estiment en effet que l'avion de Malaysia Airlines, un Boeing 777 disparu il y a une semaine, a été piloté par une personne suffisamment expérimentée pour éviter les radars civils, plusieurs heures après avoir perdu le contact.

Cette théorie se fonde sur des données relevées par un radar militaire, a déclaré un haut responsable militaire qui prend part aux opérations de recherches. Des données qui n'ont pas été publiées.

Ce samedi matin, le Premier ministre malaisien Najib Razak a confirmé que l'avion avait été victime d'un changement de cap "délibéré". Les systèmes de transmissions de données ont été désactivées, a-t-il indiqué. S'il a évoqué lui-même l'hypothèse d'un détournement, il ne l'a néanmoins pas confirmée.

Détecté plusieurs heures par un radar militaire

Le radar militaire a continué de détecter un appareil plusieurs heures après que le vol MH370 a disparu des écrans des radars civils, a indiqué le responsable militaire, qui a souhaité garder l'anonymat.

L'avion a disparu des écrans radars civils une heure après avoir décollé à 00h40. Sa dernière position connue était à mi-chemin entre les côtes de Malaisie et du Vietnam. Selon le Premier ministre malaisien, le dernier contact satellite a, lui, été perçu 6 heures après la disparition des écrans radars.

L'avion s'est dirigé vers l'Océan indien, très à l'ouest de la route qu'il aurait dû suivre au sud du golfe de Thaïlande pour rejoindre, depuis Kuala Lumpur, sa destination Pékin. Najib Razak a indiqué ce samedi matin que la Malaisie arrêtait les recherches en mer de Chine méridionale, c'est-à-dire sur la trajectoire normale de l'avion.

Le pilote "savait éviter les radars civils"

Selon le responsable militaire, la personne qui a pris en main l'avion "semblait très bien savoir comment éviter les radars civils. Il semble avoir appris comment les éviter." Il parle d'un pilote "expérimenté". L'enquête va donc désormais se concentrer sur les 239 passagers qui étaient à bord.

M. T. avec AFP