BFMTV

Une star du foot américain reçoit une lettre d'excuses d'un ancien prof qui l'avait traité de cancre

Julian Edelman au NRG stadium de Houston aux États-Unis, le 5 février 2017.

Julian Edelman au NRG stadium de Houston aux États-Unis, le 5 février 2017. - MIKE EHRMANN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

L'ancien professeur d'anglais de la star de la NFL Julian Edelman lui a envoyé une lettre d'excuses pour avoir douté de lui onze ans plus tôt.

Il a brillamment réussi sa carrière. Avec deux titres de champion obtenus avec les New England Patriots, Julian Edelman fait partie des joueurs emblématiques de la NFL, la Ligue de football américain. Pourtant, en 2006, son professeur d'anglais lui avait assuré qu'il ne réussirait jamais. Ce dernier vient de lui envoyer une lettre pour s'excuser de ses propos de l'époque. 

"Établissez de grands objectifs"

Le joueur a partagé cette lettre sur Twitter, en mettant en commentaire "établissez de grands objectifs. Faites ce qu'il faut pour les atteindre. #motivation". Dans cette lettre, le professeur avoue se sentir "très mal" à chaque fois qu'il se remémore la scène.

Il avait conseillé au jeune homme de se fixer des "objectifs réalistes", et d'éviter d'espérer réussir une carrière d'athlète professionnel, puisque "peu de personnes" y parviennent. Le professeur réitère tout au long de son message ses excuses au champion.

"Je suis désolé"

Voici la traduction de la lettre:

"Cher Jules,

Je ne suis pas sûr que tu te souviennes de moi: j'étais ton professeur d'anglais au CSM au printemps 2006. Ça doit faire 1000 ans que j'attends de t'écrire pour m'excuser d'un commentaire désinvolte que je t'ai fait ce semestre là.

Tu ne dois même pas t'en souvenir, mais moi je me sens mal à cause de ça depuis des années. Tu avais parlé "d'aller dans la ligue", et j'ai répondu quelque chose à propos de l'établissement d'objectifs réalistes, et du fait que peu de personnes réussissent une carrière d'athlète professionnel, bla bla bla.

Je ne pense pas que cela t'aie déconcerté, franchement, mais à chaque fois que j'y pense, je me sens très mal, non pas parce que tu m'as prouvé que j'avais tort, mais parce que j'ai véhiculé de façon stupide une idée populaire qui insinuait que je dédaignais ta passion pour le jeu.

Je pense que c'était au début du semestre, avant que je ne te connaisse, mais je ne comprends vraiment pas comment j'ai pu douter de ta ténacité et de ton cran! Encore une fois, je doute que tu y aies repensé, mais je suis désolé d'avoir autant mis les pieds dans le plat ce jour là."

Céline Penicaud