BFMTV

Nucléaire iranien: Trump annonce qu'il ne certifiera pas l'accord

Donald Trump, le 13 octobre 2017.

Donald Trump, le 13 octobre 2017. - Mark Wilson - Getty - AFP

Donald Trump a dévoilé ce vendredi sa "stratégie" pour faire face à l'Iran, et sa décision sur cet accord emblématique de la présidence Obama.

Le président américain Donald Trump a annoncé ce vendredi qu'il refusait de certifier l'accord sur le nucléaire iranien, le dénonçant comme "l'un des pires" qui soit et a martelé que Téhéran n'en respectait pas l'esprit, avant d'avertir qu'il pouvait mettre fin à cet accord "à tout moment". Une décision aussitôt saluée par Israël, tandis que les pays européens se sont dits "préoccupés". 

Avec cet accord, "nous avons obtenu de faibles inspections en échange de rien de plus que de repousser, purement à court terme et temporairement, l'avancée de l'Iran vers l'arme nucléaire. Quel est le sens d'un accord qui ne fait que retarder la capacité nucléaire pour une courte période? Ceci est inacceptable pour le président des Etats-Unis", a déclaré Donald Trump à la Maison Blanche en dévoilant sa décision sur cet accord emblématique de la présidence Obama

"Notre participation peut être annulée à tout moment"

En ne certifiant pas cet accord, conclu en juillet 2015 par l'Iran et le Groupe des Six, Donald Trump place de facto le Congrès américain en première ligne afin d'adresser "les nombreuses profondes faiblesses de l'accord".

"Toutefois, dans l'éventualité où nous ne serions pas capables de trouver une solution en travaillant avec le Congrès et nos alliés, alors l'accord prendrait fin. Il est sous examen permanent et notre participation peut être annulée par moi, en tant que président, à tout moment", a déclaré Donald Trump à la Maison Blanche.

L'Iran, l'un des principaux "soutiens au terrorisme"

Quelques instants plus tôt, Donald Trump avait dénoncé le comportement de la "dictature iranienne", qui est à ses yeux l'un des principaux "soutiens au terrorisme" dans le monde.

Téhéran "sème la mort, la destruction et le chaos à travers le monde", et "l'agression de la dictature iranienne se poursuit à ce jour", a-t-il déclaré, alors qu'il dévoilait, à la Maison Blanche, sa "stratégie" pour faire face à l'Iran.

Israël salue une "décision courageuse"

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué dans la foulée de cette annonce une "décision courageuse" du président américain. 

"Je félicite le président Trump pour sa décision courageuse d'affronter le régime terroriste iranien", a affirmé Benjamin Netanyahu dans une vidéo diffusée en anglais, peu après le discours du président des Etats-Unis. 

Les pays européens inquiets

De leur côté, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni se sont dits "préoccupés par les implications" de la décision du président américain.

"Nous, chefs d'État et de gouvernement de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni, prenons note de la décision prise par le Président Trump de ne pas recertifier, devant le Congrès, le respect par l'Iran du Plan d'action global commun et nous sommes préoccupés par les implications qui pourraient en résulter", ont indiqué les trois pays dans un communiqué commun de la Première ministre britannique Theresa May, de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français Emmanuel Macron.

"Nous restons engagés dans le JCPOA (acronyme du texte) et sa pleine application par toutes les parties", ont-ils ajouté. 
A.S. avec AFP