BFMTV

Le candidat de Trump à la Cour suprême accusé d'agression sexuelle

-

- - SAUL LOEB / AFP

A quelques jours du vote pour désigner le prochain juge de la Cour suprême, le favori du camp Trump fait l'objet d'une accusation pour avoir tenté d'agresser sexuellement une jeune fille alors qu'il était lycéen. Le camp républicain a pris sa défense.

Vraie agression ou tentative de déstabiliser celui qui est sur le point de prendre la tête de la plus haute juridiction du pays? A quelques jours de sa confirmation par le Sénat, le candidat de Donald Trump à la Cour suprême, Brett Kavanaugh, fait en tout cas l'objet d'une accusation d'agression sexuelle.

C'est la sénatrice démocrate de Californie, Dianne Feinstein, qui a annoncé ce jeudi avoir transmis au FBI des "informations" sur le juge. Dans une lettre transmise aux élus démocrates en juillet, la jeune victime, qui souhaite rester anonyme, assure que Kavanaugh a tenté de l'agresser alors qu'il était lycéen, au début des années 1980. 

Des faits commis il y a trente ans

Selon les dires de son accusatrice, relayés par le New Yorker, le magistrat a tenté de l'agresser sexuellement lors d'une soirée alcoolisée organisée près de son lycée de Bethesda, dans le Maryland. Il aurait poussé la jeune fille dans une pièce dont il a fermé la porte à clé, détaille CNN. Là, il aurait poussé le volume de la musique au maximum pour que ses cris ne soient pas entendus puis tenté de la déshabiller. 

La lycéenne a réussi à se libérer de son étreinte à temps mais garde encore un souvenir traumatisant de sa soirée. S'il n'est pas fait mention d'une plainte à l'époque, elle précise avoir consulté un psychologue et eu recours à un traitement pour affronter ses démons.

Entendre que Kavanaugh était en passe de prendre la tête de la Cour suprême aurait ravivé ces blessures et poussé la victime présumée à témoigner. 

Démenti "catégorique et sans équivoque"

Le candidat de Trump a réagi à ces accusations dans la soirée de vendredi, les démentant "de manière catégorique et sans équivoque". "Je n'ai pas fait cela, que ce soit au lycée ou à n'importe quel autre moment", a-t-il déclaré.

Du côté de l'entourage de Trump, on dénonce une opération de la dernière chance pour empêcher la confirmation de Kavanaugh. Choisi par Donald Trump, Brett Kavanaugh doit encore obtenir l'aval du Sénat qui doit valider sa nomination à vie. Les républicains, qui soutiennent Kavanaugh, y ont une courte majorité qui devrait lui permettre de l'emporter. 

Les Républicains prennent sa défense

Ces accusations de dernière minute pourraient-elles faire basculer le vote des sénateurs? A en croire les déclarations de certains sénateurs républicains, qui ont publiquement pris la défense de Kavanaugh, ces accusations n'ont pas vraiment remis en cause leur choix. 

A la suite de ces accusations, 65 femmes qui disent être des connaissances de Kavanaugh depuis longtemps, ont pris sa défense dans une lettre ouverte, publiée vendredi par la commission judiciaire du Sénat, chargée de l'audition du juge. "Depuis que nous connaissons Brett Kavanaugh, il s’est toujours comporté honorablement et a traité les femmes avec respect", écrivent-elles. 

Un premier vote en commission est prévu pour le 20 septembre, où Kavanaugh est pratiquement assuré de remporter la majorité. La date du vote final, en séance plénière, n'est pas encore fixé. Une chose est sûre: le juge Kavanaugh devrait pouvoir prendre ses fonctions à temps pour la reprise des audiences à la Cour suprême, le 1er octobre. 

Claire Rodineau