BFMTV

Trump: des Italiens mettent en garde les Américains contre la "Berlusconi experience"

Le futur président des États-Unis Donald Trump

Le futur président des États-Unis Donald Trump - AFP

"De l'autre côté de l'océan, ils vont avoir leur dose de bunga bunga", met en garde une page Facebook italienne, après l'élection de Donald Trump. La vidéo humoristique fait la comparaison entre Silvio Berlusconi et le prochain président des États-Unis. Et compulse certaines de leurs plus belles bourdes.

Alors que Donald Trump a été élu pour devenir le 45e président des États-Unis, certains y ont vu matière à faire de l'humour, comme le rapporte Le Huffington Post. À l'exemple de cette page Facebook sarcastique italienne intitulée The Jackal, suivie par plus d'un million de personnes.

"Ils vont avoir leur dose de bunga bunga"

"Maintenant que Trump a été élu, de l'autre côté de l'océan, ils vont avoir leur dose de bunga bunga", mettent en garde les auteurs, assurant que les Américains "ne savent pas ce qui les attend".

Tout comme un article du quotidien britannique The Guardian, la vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux fait ainsi un parallèle entre Silvio Berlusconi, l'ancien président du Conseil des ministres italien, et le candidat républicain, qui fera officiellement son entrée à la Maison Blanche en janvier prochain. Le clip compulse les déclarations sexistes et racistes de ces deux hommes qui ont tous deux d'abord commencé et réussi dans les affaires avant de se lancer en politique. Et ont tous deux été accusés de ne pas avoir payé leurs impôts.

"Préparez-vous à la honte internationale"

"Les Américains, vous avez élu Donald Trump? Bienvenue à la Berlusconi experience", met en garde la vidéo en introduction. "Préparez-vous à des heures de bonnes blagues, (...) à la honte internationale", poursuit le clip, compilant les plus belles bourdes du Cavaliere.

Comme lorsque Silvio Berlusconi déclarait qu'il valait "mieux aimer les filles que d'être gay". La seule différence pour Donald Trump, conclut la vidéo, "c'est qu'il a l'arme nucléaire".

Céline Hussonnois-Alaya