BFMTV

  Starbucks boycotte Noël et provoque la colère des chrétiens et de Donald Trump

Starbucks a décidé de supprimer toutes les références à Noël sur ces tasses cette année.

Starbucks a décidé de supprimer toutes les références à Noël sur ces tasses cette année. - Spencer Platt - AFP

La chaîne de café américaine Starbucks a décidé cette année de ne pas célébrer les fêtes de Noël en supprimant de ses tasses et gobelets toute référence à l'événement. Après l'indignation d'une partie des chrétiens, c'est Donald Trump qui appelle au boycott de la firme.

Tel le Grinch qui vole Noël, Starbucks pourrait entacher les fêtes de fin d'année pour des millions d'Américains. La chaîne de café a en effet décidé cette année de supprimer toutes les références traditionnelles, telles que les sapins ou les flocons de neige, sur ses tasses. Pour l'édition 2015, les consommateurs devront se contenter d'un simple récipient rouge. Une décision qui provoque une vive polémique de l'autre côté de l'Atlantique, notamment auprès des chrétiens.

"Joyeux Noël"

C'est le cas de Joshua Feuerstein, un évangéliste chrétien, qui a publié une vidéo intitulée "Starbucks SUPPRIME NOEL de ses gobelets car ils détestent Jésus".

"Vous réalisez que Starbucks voulait retirer le Christ et Noël (...) Vous réalisez que Starbucks n'a pas le droit de souhaiter un joyeux Noël à ses clients", s'insurge-t-il dans ce clip, repéré par FranceTVinfo

Sur Facebook, plus de 16 millions de personnes ont vu cette vidéo. Pour montrer leur grogne, l'ancien pasteur appelle donc à "créer un mouvement" où tous les clients, au moment de passer commande, se feraient appeler "Joyeux Noël". Dans le Washington Post, il invite tous les citoyens outrés par l'absence de symbolique de Noël à se prendre en photo avec ce gobelet marqué d'un "Joyeux Noël". L'initiative a pris de l'ampleur, les clients comparant alors Starbucks à Satan ou à Hitler.

"Culture de l'intégration"

Mais en pleine campagne pour les primaires républicaines, il n'en fallait pas plus pour que le "CupGate" de Starbucks se transforme en enjeu politique. Ainsi, Donald Trump, jamais avare d'une déclaration choc, a appelé les Américains à se détourner des établissements de la chaîne, à l'occasion d'un discours dans l'Illinois. "Je possède un des Starbucks les plus rentables dans la Trump Tower, a débuté le milliardaire. Peut-être devrions-nous boycotter Starbucks? Ce sera la fin d'un bail, et alors?"

Face à la polémique, Starbucks a tenu à réagir en défendant sa "culture d'acceptation, d'inclusion et de diversité". "Nous continuerons à accueillir des clients de toutes origines et de toutes religions dans nos boutiques à travers le monde", insiste la firme américaine dans un communiqué.

J.C.