BFMTV

Présidentielle américaine: Trump isolé dans son camp à la veille du deuxième débat

Donald Trump lors d'un meeting à Las Vegas, le 18 juin 2016.

Donald Trump lors d'un meeting à Las Vegas, le 18 juin 2016. - John Gurzinski - AFP

S'il martèle qu'il n'abandonnera pas la course la présidence américaine, Donald Trump est de plus en plus isolé dans son camp, après la révélation de propos machistes. Des figures du parti demandent un retrait du candidat.

Même Arnold Schwarzenegger abandonne Donald Trump. Le candidat républicain à la Maison Blanche est de plus en plus isolé dans la propre famille. S'il ne faisait déjà pas l'unanimité, l'homme d'affaires est depuis ce samedi au coeur d'une tempête médiatique sans précédent. En cause? La révélation d'un enregistrement datant de 2005 où il tient des propos machistes, se vantant d'un acte qui s'apparente à du harcèlement sexuel.

Le résultat est immédiat dans son camp: une vague d'indignation. Mais pas seulement. Alors qu'il doit débattre ce dimanche, pour la deuxième fois, avec Hillary Clinton, nombreuses sont les figures du parti qui retirent leur soutien à Donald Trump. Voire qui demandent un retrait du candidat.

Exit le soutien de Romney, McCain et Ryan

De son côté, Donald Trump insiste: "zéro chance que j'abandonne", assure-t-il. Mais ses soutiens quittent le navire Trump. "Donald Trump doit se retirer et Mike Pence devenir notre candidat de façon immédiate", a estimé John Thune, qui fait partie de l'équipe de direction des républicains du Sénat.

D'autres élus républicains ont annoncé samedi qu'ils ne voteraient plus pour le candidat investi par leur parti. Une dizaine de sénateurs ont annoncé retirer leur soutien. Même Mike Pence, le colistier de Donald Trump, s'est déclaré "outré" par les propos machistes et vulgaires de l'homme avec lequel il forme un tandem. Il a toutefois saluer le fait que son candidat ait présenté des excuses.

Les uns après les autres, les ténors du parti continuent à prendre leurs distances. La liste comprend aussi l'homme fort du Congrès, Paul Ryan, l'ancien candidat aux primaires républicaines Marco Rubio, l'ex-candidat républicain en 2012 Mitt Romney, ou encore celui de 2008, John McCain. Et le médiatique Arnold Schwarzenegger, ex-gouverneur de Californie. "Pour la première fois depuis que je suis devenu citoyen américain en 1983, je ne voterai pas pour le candidat républicain à la présidentielle", assure-t-il.

Le sénateur Mike Lee est allé jusqu'à publier une vidéo sur son compte Facebook lui demandant de se retirer.

Son épouse Melania a essayé de prendre sa défense ce samedi. Elle a demandé aux Américains d'excuser son mari pour ses propos qui, selon elle, ne représentent pas qui est réellement Donald Trump.

Le prochain rendez-vous du candidat républicain avec les médias s'annoncent explosif: ce dimanche, il doit débattre en face-à-face en direct à la télévision avec Hillary Clinton. Qui ne manquera pas de mettre ce sujet sur la table.

> Suivez l'élection américaine avec BFMTV.

> Le débat Donald Trump / Hillary Clinton sera diffusé à partir de 2h30 dans la nuit de dimanche à lundi sur BFMTV, en direct, intégralité et traduit.

Ivan Valerio avec AFP