BFMTV

Présidentielle américaine: Trump accuse le parti républicain de torpiller sa candidature

Donald Trump lors d'un meeting en Floride, le 11 octobre 2016.

Donald Trump lors d'un meeting en Floride, le 11 octobre 2016. - Mark Wallheiser - Getty Images North America - AFP

Donald Trump, qui a perdu le soutien du leader républicain Paul Ryan après le second débat présidentiel, estime qu'il "peut maintenant lutter pour l'Amérique" comme il l'entend.

Esseulé dans son propre camp, Donald Trump n'est visiblement pas malheureux de voir les leaders du parti républicain le lâcher. Sur Twitter, le candidat républicain a déclaré s'être vanté que "mes chaînes m'ont été enlevées". "Je peux maintenant me battre pour l'Amérique comme je l'entends", a-t-il ajouté.

Au lendemain du second débat présidentiel, le chef de la Chambre des représentants Paul Ryan annonçait qu'il "ne défendrait pas ni ne ferait campagne pour" le milliardaire, ajoutant son nom à une liste de désistement déjà longue.

Donald Trump a pointé mardi le comportement d'un "très faible et inutile leader". "C'est compliqué de faire les choses bien quand Paul Ryan et d'autres ne me soutiennent pas", a-t-il commenté.

"Nous avons eu plus de 40 millions d'électeurs, plus que n'importe qui dans l'histoire des primaires républicaines. Et ils ne nous apportent pas le support dont nous avons vraiment besoin", a-t-il explicité sur Fox News.

"John McCain a la bouche la plus sale du Sénat"

Le magnat de l'immobilier a également égratigné le candidat républicain de 2008 John McCain, qui "était désespéré d'obtenir" son soutien. "Il a fait campagne contre une très brave femme (la sénatrice Kelli Ward), je regrette énormément de lui avoir apporter mon soutien", a-t-il affirmé.

Trump est également revenu sur les propos de McCain après la révélation d'une vidéo dans laquelle le candidat républicain tient des propos machistes. "Il n'a jamais entendu de langage grossier avant? John McCain a sûrement la bouche la plus sale de tout le Sénat", a-t-il lancé.

"Je ne veux pas de soutien"

Le candidat républicain a dénoncé une conférence téléphonique organisée mardi par Paul Ryan "avec des centaines de membres du congrès". "Ils se sont opposés à lui", a-t-il assuré, estimant que seul 1% du parti républicain soutenait Paul Ryan.

"Si vous éternuez, il interpelle tout le monde et déclare 'N'est-ce pas quelque chose de terrible?'", a dénoncé Donald Trump, poursuivant qu'il "ne veut pas de soutien" et "s'en fiche". Le milliardaire estime que les républicains qui ne le soutiennent pas "seront présents" s'il est élu président des Etats-Unis.

F. H.