BFMTV

Présidentielle américaine: l'ouragan Matthew peut-il influencer le scrutin?

Des pin's soutenant Hillary Clinton pour l'élection présidentielle, à Miami, en Floride, le samedi 23 juillet 2016.

Des pin's soutenant Hillary Clinton pour l'élection présidentielle, à Miami, en Floride, le samedi 23 juillet 2016. - Gaston De Cardenas - AFP

Après avoir semé la désolation en Haïti, l'ouragan Matthew a atteint la Floride ce vendredi et se dirige désormais vers la Caroline du Nord, deux Etats-clés pour Hillary Clinton et Donald Trump en pleine bataille présidentielle.

A 33 jours de l'élection présidentielle américaine, la vigilance des deux candidats reste accrue, d'autant plus avec l'arrivée aux Etats-Unis de l'ouragan dévastateur Matthew qui a déjà fait au moins 842 morts en Haïti et des dizaines de milliers de sans-abri. Si Hillary Clinton et Donald Trump surveillent comme le lait sur le feu son évolution, c'est parce que deux "swing states", dans lesquels les sondages d'opinions les donnent au coude à coude, se trouvent sur sa trajectoire: la Floride, touchée ce vendredi, et la Caroline du Nord, qui devrait bientôt l'être à son tour.

Pas de réel impact sur l'opinion publique

Selon le spécialiste des États-Unis Yannick Mireur, cette forte tempête "peut seulement 'impacter' le calendrier mais, sauf gros impair de communication, n'aura pas de conséquence directe sur l'opinion" et donc sur l'issue du scrutin du 8 novembre, où Hillary Clinton est donnée victorieuse par les derniers sondages nationaux, qui évoquent en moyenne 3,2 points d'avance sur son adversaire. Et ce n'est pas la polémique sur l'achat d'espaces publicitaires à hauteur de 63.000 dollars par la démocrate sur la chaîne météo de Floride, selon le site Politico, qui est susceptible de gêner son ascension vers la Maison Blanche.

Cependant, dans un tel contexte, les deux candidats peuvent malgré tout tenter de rafler quelques voix en se saisissant de l'opportunité offerte par Matthew, en évoquant l'importance du renforcement de l'investissement dans les infrastructures, ou en prenant la mesure du changement climatique sur le territoire américain. "Des thématiques d'ailleurs plus en vogue chez les démocrates que les républicains", précise le spécialiste.

A chacun son joker

En plein ralentissement de la campagne, Donald Trump peut s'appuyer sur les gouverneurs "amis" des Etats qu'il convoite, tandis qu'Hillary Clinton peut, elle, compter sur la mobilisation des services fédéraux et du Président démocrate, Barack Obama. Lui, avait d'ailleurs bien retenu la leçon de l'épisode Katrina et de la bévue de Georges W. Bush. "En 2005, face à l'ouragan cataclysmique, ce dernier, alors Président, avait tardé à réagir ce qui avait directement affecté sa cote popularité. Une erreur qui ne sera pas reproduite par Barack Obama en 2012 alors en pleine campagne présidentielle, et année durant laquelle l'ouragan Sandy avait touché les Etats-Unis", raconte Yannick Mireur.

Il y a peu de chances que Donald Trump et Hillary Clinton prennent le risque de se rendre dans les "swing states" touchés par l'ouragan Matthew afin de se garder de "toute récupération politique". En tout cas, il reste fort à parier que la gestion de la catastrophe sera abordée au cours du deuxième débat présidentiel, qui se déroulera le 9 octobre prochain.

Aurore Coulaud