BFMTV

Présidentielle américain: l'ancien médecin de Donald Trump élu à la Chambre des représentants

Ronny Jackson, le médecin de la Maison Blanche, en janvier 2018.

Ronny Jackson, le médecin de la Maison Blanche, en janvier 2018. - AFP

Le Dr Ronny Jackson, fervent partisan du président américain, a été élu au Congrès américain

L'ancien médecin de la Maison Blanche Ronny Jackson, connu pour avoir vanté "l'excellente santé" de Donald Trump dont il est devenu un fervent partisan, a été élu mardi à la Chambre des représentants du Congrès américain, selon les projections de CNN et MSNBC.

Ce médecin militaire ayant le grade d'amiral s'était présenté au Texas sur un siège laissé vacant par un élu républicain parti à la retraite.

Se disant "honoré" d'avoir été élu, le Dr Jackson a tweeté: "Je ne m'inclinerai jamais devant les gangs progressistes, et je serai le dirigeant conservateur que vous méritez".

"L'homme aux bonbons"

L'amiral Ronny Jackson était déjà le médecin de la Maison Blanche lorsque Barack Obama était président. Il avait une réputation sulfureuse alimentée par des problèmes d'alcool et des accusations de prescriptions excessives de médicaments au sein de l'armée, ainsi qu'à la Maison Blanche; on lui a aussi reproché une mauvaise conduite au travail.

Parfois surnommé "Candy Man" ("l'homme aux bonbons"), en raison de sa propension à prescrire des médicaments, il s'est fait remarquer par des conférences de presse inhabituellement détaillées sur Donald Trump, au cours desquelles il avait dépassé le cadre strictement médical de sa mission.

Les "gènes incroyables" du président américain

Il avait notamment vanté les "gènes incroyables" du magnat de l'immobilier et estimé que celui-ci resterait apte à exercer ses fonctions "jusqu'à la fin de son mandat et même jusqu'à la fin d'un autre mandat s'il est réélu".

Donald Trump avait voulu promouvoir le docteur Jackson à la tête du département des Anciens combattants, avant que celui-ci ne refuse finalement le poste face à la controverse soulevée par son profil.

H.G. avec AFP