BFMTV

Près de 6000 expatriés américains ont renoncé à leur citoyenneté depuis janvier

Plus de 5800 expatriés américains ont renoncé à leur citoyenneté, au premier semestre 2020.

Plus de 5800 expatriés américains ont renoncé à leur citoyenneté, au premier semestre 2020. - JOE RAEDLE

Un peu plus de 5800 Américains basés à l'étranger ont abandonné leur nationalité en 2020. Un nombre record qui s'explique en partie par un rejet de Donald Trump.

C'est un nombre trois fois plus important qu'en 2019. 5816 Américains expatriés ont renoncé à leur nationalité dans les six premiers mois de 2020, selon une étude relayée par CNN.

Cette dernière a été menée par l'organisme Bambridge Accountants, spécialisé dans les impôts des expatriés américains et anglais. Elle s'est basée sur les données publiques communiquées par le gouvernement fédéral tous les trimestres.

Trump pointé du doigt

Si des Américains abandonnent leur citoyenneté chaque année, l'augmentation constatée ces derniers mois s'expliquerait en partie, d'après Bambridge Accountants, par un ras-le-bol des expatriés envers Donald Trump et son exercice du pouvoir. Dans le détail, sont citées sa gestion contestée du coronavirus ou encore la politique climatique menée par la présidence, impliquant notamment le retrait des accords de Paris et plus récemment la révision des lois environnementales.

"Il s'agit surtout de personnes qui ont déjà quitté les Etats-Unis et qui en ont eu assez de tout", résume Alistair Bambridge, membre de l'organisme, auprès de CNN.

Une procédure à 2350 dollars

L'action du 45e président des États-Unis n'explique pas à elle seule ce phénomène. La législation américaine impose en effet aux expatriés de déclarer chaque année leurs impôts, leurs comptes bancaires, leurs investissements ainsi que les retraites perçues à l'étranger. Une fiscalité jugée peu avantageuse pour beaucoup.

Afin de s'affranchir de la citoyenneté américaine, chaque expatrié doit se présenter à l'ambassade américaine dans son pays de résidence, où il doit débourser 2350 dollars.

Selon l'organisme, la tendance pourrait s'accentuer dans les prochains mois, selon le résultat du scrutin en novembre prochain.

Corentin Nicolas