BFMTV
États-Unis

Nouvelles manifestations aux Etats-Unis après l'élection de Donald Trump

La protestation ne faiblit pas trois jours après l'élection du milliardaire. Plusieurs rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes américaines. Dans le même temps, Donald Trump compose son équipe.

Trois jours après son élection Donald Trump semble donner des signes d'apaisement. Après son rétropédalage autour d'un tweet accusateur sur les protestataires, alors que l'Obamacare pourrait être amendée plutôt qu'abrogée ou que le président élu pourrait demander conseil à Bill Clinton, des manifestations ont encore eu lieu dans plusieurs villes des Etats-Unis.

A New York, plus d'un millier de personnes se sont rassemblées vendredi dans le parc emblématique de Washington Square. Un rassemblement pour appeler à la défense des droits et des libertés face à certaines propositions faites par le candidat républicain pendant la campagne présidentielle. "Ton mur ne pourra pas entraver notre marche", ont scandé les manifestants en référence au mur que souhaite construire Donald Trump à la frontière américano-mexicaine.

"Insulté"

Certains agitaient des drapeaux mexicains, d'autres des affiches à l'effigie d'Hillary Clinton, lors de ce rassemblement à la tonalité résolument pacifique, où étaient présents nombre de jeunes enfants. "Ce n'est pas notre président! Ce n'est pas notre président!", a entonné la foule de 1.200 personnes selon la police new-yorkaise. Un slogan clamé depuis mardi dernier et l'élection surprise du milliardaire.

"Nous sommes ici pour soutenir les gens que Trump a insulté, pour montrer à nos enfants que nous avons notre mot à dire, et pour défendre les droits de l'homme", a expliqué Kim Bayer, 41 ans.

Encore une fois, la Trump Tower, sur la cinquième avenue de New York a été le point central de cette manifestation. "Les mots ne peuvent exprimer ce que je ressens après qu'il (Donald Trump, NDLR) a gagné contre Hillary Clinton", a témoigné auprès de la presse américaine Sochi "Rabin" Rabinowitz.

Drapeau brûlé

Au total, ce sont plusieurs milliers de personnes qui sont descendues dans la rue vendredi. A Miami, dans l'Etat de la Floride, qui a basculé lors du dernier scrutin, les manifestants scandaient "Love trumps Hate", "l'amour surmonte la haine". Plus au nord dans l'Iowa, une centaine de personnes se sont rassemblées également.

La manifestation a viré une nouvelle fois à l'émeute à Portland, dans l'Oregon, au nord-ouest du pays. La police a fait usage de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes pour disperser la foule, qui a jeté des projectiles. Déjà la veille, 26 personnes ont été interpellées lors d'un rassemblement anti-Trump.

A Atlanta, environ 500 manifestants ont défilé dans les rues du centre-ville mais ont été stoppées par les forces de l'ordre. Un drapeau américain a été brûlé en signe de protestation près du siège du Capitole de l'Etat de Géorgie. A l'ouest, la contestation est la même. Une grande manifestation a eu lieu à Los Angeles, en Californie, avant les grands rassemblements prévus ce week-end.

J.C. avec AFP