BFMTV

Les jeunes Américains ont moins de rapports sexuels que la génération précédente

Image d'illustration

Image d'illustration - Flickr - CC - Tamaraalvarez

Environ 15% des Américains âgés de 20 à 24 ans disent n'avoir eu aucun partenaire sexuel depuis leurs 18 ans, selon une étude. Au sein de la génération précédente, ils étaient seulement 6%.

Les jeunes Américains ont moins de rapports sexuels que la génération précédente. Ou en tout cas, ils sont moins nombreux au sein d'une même classe d'âge à avoir des rapports sexuels. Aux Etats-Unis, environ 15% des adultes âgés de 20 à 24 ans disent n'avoir eu aucun partenaire sexuel depuis leurs 18 ans, selon une étude publiée mercredi dans le journal Archives of Sexual Behavior et relayée par CNN. Au sein de la génération précédente, ils étaient seulement 6%.

Pour cette étude, précise la chaîne américaine, l'équipe de chercheurs a utilisé les données du General Social Survey, une étude représentative au niveau national, conduite entre 1989 et 2014, compilant des données démographiques sur chaque participant.

Les chercheurs de la nouvelle étude ont ensuite comparé les différences en termes d'activité sexuelle en fonction des genres, des origines ethniques, des niveaux d'éducation, du lieu de résidence et de la religion.

"Nous avons pu comparer les gens au même âge, et nous nous sommes intéressés à (ceux qui déclaraient n'avoir) aucun partenaire sexuel contre (ceux qui déclaraient avoir eu) au moins un partenaire", explique Jean Twenge, professeure de psychologie à la San Diego State University, qui a mené cette nouvelle étude.

Démarrage sexuel plus tardif

Résultat: les chercheurs ont conclu que les jeunes adultes d'aujourd'hui - ceux nés au début des années 1980 et ceux nés dans les années 90 - étaient moins susceptibles d'être sexuellement actifs que les jeunes adultes de la "génération X" - ceux nés dans les années 1960 et 70.

Autre leçon, l'équipe a découvert que les niveaux d'inactivité sexuelle augmentaient plus pour les femmes plus que les hommes, pour les blancs plus que pour les noirs, plus pour ceux qui n'étaient pas allés à l'université que pour ceux qui l'avaient fréquentée, et plus pour ceux qui vivaient dans l'est du pays que pour ceux de l'Ouest.

Mais surtout, ce démarrage sexuel tardif pour les jeunes générations les fait plus ressembler à la génération née dans les années 1920, souligne CNN.

Plusieurs hypothèses

Comment l'expliquer? "Cela entre dans le thème général d'une maturation plus tardive (chez les jeunes d'aujourd'hui, Ndlr), pour lequel il existe une littérature abondante", analyse Jean Twenge, également auteure du livre Generation Me ("Génération Moi", en français). 

Cette tendance pourrait, selon elle, au moins en partie s'expliquer par des raisons socio-économiques: les jeunes d'aujourd'hui sont moins susceptibles d'avoir un emploi et d'être mariés que la génération précédente au même âge, et plus susceptibles de vivre chez leurs parents. 

Mais d'autres facteurs pourraient également entrer en ligne de compte. "Il est possible que la technologie ait quelque chose à voir avec cela", estime Jean Twenge, citée par CNN. Si vous passez plus de temps à écrire des textos à vos amis et moins de temps à les voir en personne, explique-t-elle, il se pourrait que moins d'opportunités se présentent de "coucher avec quelqu'un". 

Ou, autre hypothèse, étant donné qu'il y a aujourd'hui "plus de façons de se divertir," le sexe pourrait sembler moins important, et n'être qu'une option sur une liste croissante de possibilités.

V.R.