BFMTV

Les chasseurs d'ouragan sur la piste de Sandy

Avion des "Hurricane Hunters" du NOAA

Avion des "Hurricane Hunters" du NOAA - -

Certains sont des scientifiques, d'autres de simples casse-cou. Loin de s'en protéger, les "chasseurs d'ouragan" vont au devant de Sandy. Mais pas tous dans le même but.

Le passage du cyclone Sandy sur la côte Est des Etats-Unis n'est pas synonyme de calfeutrage à la maison pour tout le monde. Au moment où les consignes, y compris celles émanent de Barack Obama lui-même, sont à la prudence, les "hurricane hunters" partent se frotter à l'oeil du cyclone.

Certains sont des scientifiques qui étudient au plus près l'avancée de l'ouragan. D'autres, de simples passionnés tranquant le grand frisson.

Des scientifiques en première ligne

Dimanche aux aurores, Sandy a rencontré Sandy. Le Daily Camera, un quotidien du Colorado, a relaté le vol de Sandy McDonald, directeur d'un labo de recherche de la National Oceanic and Atmosphic Administration (NOAA), à bord d'un avion de "chasseurs d'ouragans" de cette agence gouvernementale américaine. L'équipage a surveillé à quatre reprises l'oeil du cyclone. A bord, des instruments pour mesurer la température l'humidité. Son but : estimer au mieux le passage de futurs ouragans.

>> Voir les photos du cyclone Sandy prises par les "Hurricane Hunters" du NOAA

Aux Etats-Unis, le NOAA est l'une des deux structures officielles à effectuer des relevés au coeur même des tempêtes. L'US Air Force possède également une "escadrille de reconnaissance météorologique" qui se consacre aux ouragans.

Ce que ces scientifiques chassent vraiment, ce sont les caractéristiques et l'évolution du cyclone : sa dimension, sa structure, son stade de développement... Ils déterminent aussi le centre de la perturbation et la vitesse maximale des vents. Ces informations servent ensuite aux prévisionnistes, mais aussi à l'information des pouvoirs publics et des citoyens.

Passion oeil du cyclone

Mais ces scientifiques ne sont pas les seuls à revendiquer le nom de "chasseur d'ouragans". Des passionnés aussi se prêtent au jeu de la traque. Pour tout fusil, une caméra ou un appareil photo. Leur objectif: immortaliser l'élément déchaîné... Ceux-ci s'inspirent des "chasseurs d'orages" qui guettent l'éclair de leur vie.

FTVi dresse ainsi le portrait de Jeff Piotrowski, un Américain de l'Ocklahoma venu spécialement à New York pour y rencontrer Sandy. Interrogé par le site d'actualités canadien Canoe, l'homme estime que les New-Yorkais mésestiment leur chance : "J'ai attendu ça toute ma vie. Ça ne va jamais se reproduire de pouvoir chasser une tempête comme celle-là en pleine ville de New York, c'est historique !"

Jubilant, il sillonne la ville désertée à bord d'un camion, avec une caméra embarquée dont il retransmet en direct les images sur son site Twisterchasers.com. Et le rêve de regarder le cyclone droit dans l'oeil.

Ariane Kujawski et Mathilde Tournier