BFMTV

Hillary Clinton candidate à la Maison Blanche: quelles sont ses chances?

L'ancienne chef de la diplomatie américaine part déjà favorite pour remporter la présidentielle en 2016. Son riche CV est à la fois sa force et son talon d'Achille.

C'est désormais officiel: Hillary Clinton fait de nouveau partie des candidats dans la course à la présidentielle 2016, pour le camp des démocrates. Dimanche soir, l'ancienne secrétaire d'Etat, âgée de 67 ans, a dévoilé ses ambitions dans une vidéo sur son site. Immédiatement après l'annonce, les républicains ont dénoncé le retour en politique de l'ex-sénatrice et Première dame. "Hillary Clinton représente les échecs du passé", a résumé Ted Cruz, candidat à l'investiture républicaine.

Pourtant, aucun autre démocrate n'est à ce stade plus apprécié qu'elle. Les personnalités d'envergure, comme le vice-président Joe Biden ou la sénatrice Elizabeth Warren, n'ont pas encore évoqué leur envie de participer aux primaires du parti. Seuls deux démocrates peu connus, l'ex-gouverneur Martin O'Malley et l'ex-sénateur Jim Webb, semblent décidés à la concurrencer, mais ne peuvent qu'espérer à ce jour une place de colistier, selon les analystes politiques. Un bookmaker irlandais, cité par The Economist, lui donne 91% de chances de l'emporter.

Un réseau international immense

La vie d'Hillary Clinton est indissociable du pouvoir: elle a été tour à tour Première dame, sénatrice et chef de la diplomatie durant ces trente dernières décennies. Alors que ses rivaux républicains ont à peine fait quelques voyages à l'étranger, elle a rencontré des dizaines de présidents, Premiers ministres et rois, et jonglé avec les crises, de la Libye à la Russie. Elle est d'ailleurs la seule candidate à avoir déjà vécu huit ans à la Maison Blanche.

Hillary Clinton, qui serait la première femme à la tête des Etats-Unis si elle est élue, peut également compter sur son réseau. Le président américain actuel, Barack Obama, a déjà mis tout son poids derrière son ex-rivale. "Elle ferait une excellente présidente", a-t-il déclaré samedi. Manuel Valls lui a également souhaité "Good luck" sur son compte Twitter.

Les réseaux sociaux pour rajeunir son image

Mais cette riche expérience s'accompagne d'un parfum de scandale rencontré dès les premières années au pouvoir, lorsque son mari, Bill Clinton, a été élu gouverneur de l'Arkansas en 1978. Pour les républicains, les manquements éthiques et moraux des Clinton disqualifient Hillary Clinton, un thème qu'ils ont relancé avec la découverte, en mars, qu'elle avait exclusivement utilisé une messagerie privée lorsqu'elle dirigeait la diplomatie américaine, au lieu d'un compte officiel. Le Congrès, dominé par les républicains, a d'ailleurs prévu de la convoquer prochainement pour une audition parlementaire.

Autre point faible, son âge. "Elle aura 69 ans en novembre 2016, ça peut être un problème, même si après l'aventure Obama, les Américains auront envie de retrouver quelque chose de rassurant", explique sur BFMTV Thomas Snégaroff, spécialiste des Etats-Unis. Une faille qu'Hillary Clinton a déjà commencé à combler, en misant beaucoup sur les réseaux sociaux. Elle n'a pas hésité à débaucher Stephanie Hannon, l'une des cadres chez Google, passée également sur Facebook, pour gérer sa campagne numérique. Et juste après sa vidéo, c'est par un tweet, en anglais, puis en espagnol, qu'elle a officialisé sa candidature.

Alexandra Gonzalez avec AFP